Agadir signe son PDRT

À l’instar des autres villes du Royaume, Agadir vient d’avoir son PDRT. Le Programme de développement régional touristique (PDRT) de cette ville a été présenté, samedi 7 avril, par le ministre du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Economie sociale, Adil Douiri, comme le plus large et le plus important programme balnéaire mis en place dans le cadre de la vision. «Les enjeux de ce programme sont de loin supérieurs à ceux définis pour les deux programmes précédents (Casablanca et Fès) étant donné qu’il prévoit d’augmenter la capacité d’hébergement des hôtels classés de 33.000 lits», a indiqué M. Douiri, dans une information relayée par l’agence de presse MAP, losr de la cérémonie de signature de ce plan en présence du Premier ministre, Driss Jettou. En fait, le PDRT d’Agadir vise à doter la ville à l’horizon 2015 d’une capacité litière s’élevant à 60.000 lits et à atteindre un taux d’occupation de 70% au lieu de 64% enregistré actuellement. Ce programme porte sur le renforcement de l’hébergement en front de mer à travers la création à Agadir de 5 nouveaux hôtels (5 étoiles) et quatre resorts balnéaires à Taghazout, Tifnit, Tamaouanza et Aghroud d’une capacité litière de 26.000 lits.
Le PDRT de la capitale du Souss prévoit aussi le développement de la capacité d’hébergement authentique à travers la création de maisons d’hôtes dans la Médina de Founty, la promotion de l’infrastructure d’accueil de la jeune clientèle outre le développement de 25 résidences touristiques d’une capacité litière de 3.200 lits. Le PDRT œuvre également pour la promotion du tourisme interne. En effet, le ministère du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Economie sociale envisage de créer une zone touristique intégrée dédiée au tourisme interne dans le cadre du plan Biladi portant sur une capacité globale de 1.100 lits hôteliers et 2.500 lits de camping.
Ce programme s’est intéressé en particulier aux passionnées du golf. Le développement de ce sport se fera à travers la construction de six golfs de 18 trous pour porter à dix le nombre de parcours dans la ville. Il est question également de la création de zones commerciales conformes aux normes internationales et de bases nautiques.
Le PDRT qui vise à repositionner des destinations déjà existantes porte aussi sur l’amélioration de l’environnement urbain et paysager de la ville. Il s’agit ainsi du renforcement du transport aérien par l’ouverture de nouvelles lignes desservant les principaux marchés stratégiques et le marché interne. Pour rappel, le premier PDRT, lancé le 25 novembre 2005, a concerné la ville de Fès. Le second PDRT date du 27 mars 2006 et porte sur la ville de Casablanca. Ce programme financé par l’Etat, les instances régionales et les investisseurs privés, clarifie le rôle et les missions de chaque intervenant et fixe un échéancier de réalisation de l’ensemble des projets avec un programme de financement détaillé.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *