Aherdan tend la main à Laenser

Le MNP (Mouvement national Populaire) et le MP (Mouvement Populaire) ont-ils décidé d’oublier pour de bon leur vieille rancune ? Une rancune tenace nourrie pendant longtemps par Mahjoubi Aherdan à l’égard de Mohand Laenser. Le premier n’a jamais pardonné ce qu’il considérait comme une trahison du second : une OPA en 1986 sur le MP dont M. Aherdan était le patron. Éjecté, ce dernier crée immédiatement un autre mouvement, le MNP.
Depuis ce putsch, le vieux Amghar a pris ses distances avec ce «fils ingrat». Ce qui a contribué à faire capoter les multiples tentatives de rapprochement de la mouvance populaire. Pis, cette dernière, devenue mère-couveuse, a par la suite donné naissance à d’autres mouvements dont le dernier-né est celui de Bouazza Ikken venu tout récemment au monde politique, soit quelques années après la scission organisée par Mahmoud Archane, leader du MDS.
Aujourd’hui, la donne semble avoir changé. À la faveur des prochaines élections de septembre 2002, le MNP et le MP manifestent leur volonté de coordonner leurs efforts électoraux en décidant d’adopter pour la première fois des candidatures uniques dans certains de leurs fiefs respectifs. Mahjoubi Aherdan est d’accord. Mohand Laenser aussi. Les troupes des deux partis sont aux anges.
Le patron du MNP, qui se trouve actuellement à Paris où certains l’ont vu en train de flâner nonchalamment en compagnie de sa femme sur les Champs Élysées, devait rentrer dans les jours qui viennent pour concrétiser ce projet de rapprochement.
Une réunion au sommet des bureaux politiques des deux mouvements se tiendra au cours de la semaine prochaine sous la direction des deux leaders. Si tout se passe bien, cette rencontre sera sanctionnée par un communiqué commun. Car M. Aherdan, caractère imprévisible, est connu pour ses revirements spectaculaires.
Des deux côtés, on assure cependant que les choses ont cette fois-ci l’air sérieux, arguant que le MNP et le MP sont condamnés à s’entendre sur le plan électoral d’autant plus qu’ils représentent ensemble une force politique importante du pays. Et qu’en est-il du Mouvement démocratique et social (MDS)de Mahmoud Archane et de l’Union démocratique (UD) de Bouazza Ikken ? Apparemment, ces derniers n’ont pas été approchés, du moins pour l’instant, pour faire partie de cette alliance électorale en gestation.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *