Ahmed Boukous: «Le tableau noir est inefficace dans l’apprentissage de la langue amazighe»

Ahmed Boukous:  «Le tableau noir est inefficace  dans l’apprentissage de la langue amazighe»

L’enseignement de la langue amazighe devrait désormais aller de pair avec les nouvelles technologies de l’information et de la communication si l’on en juge par les travaux exposés lors de la conférence internationale organisée à l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM) de Rabat.

«Les travaux autour de l’amazigh et des nouvelles technologies sont de plus en plus abondants», a indiqué Youssef Aït Ouguengay, membre du comité d’organisation de la conférence. «Nous voulons construire la langue amazighe autour des nouvelles technologies»,  a-t-il ajouté.

L’idée d’une nouvelle approche d’apprentissage de cette langue, basée sur des ressources et techniques modernes, faisait largement l’unanimité. Rejoignant les propos d’Aït Ouguengay, le recteur de l’IRCAM,  Ahmed Boukous, a déploré le manque de vision stratégique et de moyens alloués à l’enseignement de l’amazigh, soulignant que la solution réside dans la modernisation des techniques d’apprentissage. «Le tableau noir et les méthodes d’apprentissage traditionnelles se sont avérées coûteuses et inefficaces pour l’apprentissage des langues en général et de l’amazigh en particulier», a-t-il déclaré, ajoutant que «la technologie peut contribuer à la démocratisation de l’éducation».

Cette conférence internationale sur les Technologies d’information et de communication pour l’amazigh (TICAM) est un événement bisannuel organisé à l’IRCAM par le Centre des études informatiques et des systèmes d’information et de communication (CEISIC) de l’institut.

C’est un rendez-vous qui rassemble les chercheurs, académiciens et professionnels œuvrant dans le domaine de l’application des nouvelles technologies de l’information et de la communication aux langues naturelles, particulièrement à la langue amazighe. L’idée est tout d’abord de valoriser ces travaux de recherche mais également de faire le bilan des accomplissements dans ce domaine. «Cette conférence est une occasion pour réunir les jeunes chercheurs et les experts une fois tous les deux ans pour débattre des travaux aboutis et en cours en matière d’intégration de l’amazigh dans les nouvelles technologies», a expliqué Youssef Aït Ouguengay.  

Cette 6ème édition qui a démarré hier, lundi, et qui se poursuit aujourd’hui, connaît la participation de chercheurs nationaux et internationaux qui exposeront les avancées dans leurs domaines sur les plans théorique, applicatif et expérimental.
 

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *