Aïd Al Adha : Le ministère de l’agriculture lutte contre l’engraissement frauduleux des ovins

Aïd Al Adha : Le ministère de l’agriculture lutte contre l’engraissement frauduleux des ovins

La tutelle a sollicité le concours de l’Ordre national des pharmaciens

Les préparatifs pour l’Aïd Al Adha ont commencé. Cette année, le ministère de l’agriculture a décidé de renforcer les mesures de suivi et de contrôle de la délivrance des médicaments vétérinaires. Pour mettre en place ces mesures de vigilance et écarter tout facteur pouvant affecter la qualité des viandes abattues, la tutelle a sollicité le concours de l’Ordre national des pharmaciens. Une réunion de sensibilisation s’est d’ailleurs tenue, vendredi à Rabat, entre le ministère et le président du Conseil national de l’Ordre national des pharmaciens, Hamza Guedira, portant sur la commercialisation des médicaments vétérinaires par les pharmaciens durant la période d’engraissement de l’offre destinée à l’Aïd Al Adha. L’objectif étant de veiller à ce que les médicaments vétérinaires délivrés, notamment les anti-inflammatoires, se fassent uniquement sur ordonnance vétérinaire.

La délivrance des fortifiants (produits énergisants) et des contraceptifs féminins «Minidril» ou traitement équivalent doivent faire l’objet de contrôle et de suivi. Les pharmaciens sont donc appelés à être plus vigilants dans la délivrance des médicaments lors de la période d’engraissement avant l’Aïd. Et pour cause, le ministère a relevé que certains vendeurs   utilisent de manière frauduleuse ou abusive des fortifiants et des contraceptifs féminins tels que le Minidril pour engraisser les ovins. A noter que ces médicaments sont utilisés de manière ponctuelle et accélérée par certains engraisseurs. Les pharmaciens sont ainsi appelés à aviser les services de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) «en cas de constat de demandes anormales ou excessives en produits pharmaceutiques tels que ceux précités, en vue de prendre les mesures nécessaires», signale le communiqué du ministère.

Ces mesures du ministère avec l’implication des pharmaciens permettront d’éviter le scandale de la viande verte qui avait eu lieu l’année dernière. Rappelons à ce sujet que quelques heures seulement après l’abattage de leurs moutons, plusieurs familles marocaines avaient  constaté que les carcasses avaient pris une couleur verdâtre. Celles-ci se sont trouvées contraintes de jeter ces viandes impropres à la consommation. Dans cette affaire, l’ONSSA avait réagi en diffusant un communiqué en expliquant cette situation «par le non-respect des règles d’hygiène liées à l’abattage et à l’écorchage du mouton et aux conditions de conservation de la carcasse avant sa découpe et son stockage par réfrigération ou par congélation». L’Office avait également  fait  savoir que la teinte verdâtre de la carcasse est le symptôme de la prolifération de bactéries en raison de la température élevée. 

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *