Aide au retour volontaire et à la réintégration : Plus de 11.300 migrants au Maroc en ont bénéficié

Aide au retour volontaire et à la réintégration : Plus de 11.300 migrants au Maroc en ont bénéficié

Le ministère délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration et l’Agence des Nations Unies pour les migrations (OIM) ont organisé les 24 et 25 septembre à Rabat un séminaire international sur le renforcement des capacités pour une réintégration durable.

Cette rencontre a été l’occasion de présenter les résultats atteints par le projet «Foras-Renforcement des opportunités de réintégration» et d’élaborer des recommandations pour soutenir les orientations professionnelles pour une intégration sociale, économique et psychosociale des migrants. Le projet Foras est complémentaire au programme d’aide au retour volontaire et à la réintégration (AVRR). Signalons à ce sujet que depuis 2005 et en partenariat avec le gouvernement marocain, l’OIM a mis en œuvre au Maroc le programme d’aide au retour et à la réintégration.

Ce programme assiste chaque année en moyenne 1500 migrants en détresse et vulnérables  qui souhaitent retourner volontairement dans leur pays d’origine mais qui ne peuvent le faire faute de moyens. Plus de 11.300 migrants ont bénéficié de ce programme depuis 2005. Parmi eux, 76% proviennent des huit nationalités ciblées. Pour sa part, le projet Foras   a pour objectif  d’offrir aux migrants les plus vulnérables et en détresse et qui souhaitent retourner volontairement dans leurs pays d’origine la possibilité d’un retour et d’une réintégration dans des conditions sûres, dignes et respectueuses des droits humains. Depuis son démarrage en septembre 2017, ce projet a accompagné 1.385 bénéficiaires inscrits à l’AVRR à mieux comprendre les défis et les opportunités de réintégration dans leurs pays d’origine à travers des séances de sensibilisation.

Les organisateurs ont fait savoir qu’en 2018, 276 migrants ont bénéficié de sessions de développement personnel, d’initiation à l’entrepreneuriat et à la commercialisation. En outre,  776 migrants ont assisté à des sessions de sensibilisation collectives sur les opportunités dans les pays d’origine. 96% des migrants bénéficiaires ont déclaré avoir été satisfaits des orientations professionnelles reçues. Depuis son lancement, ce projet avait ciblé 8 pays, à savoir le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, la République Démocratique du Congo (RDC), le Sénégal et le Togo. En 2019, trois nouveaux pays sont concernés par ce projet, à savoir la RDC, le Burkina Faso et le Togo.  Dans le cadre de ce projet, les migrants sont munis d’informations très détaillées sur les opportunités en matière de réintégration dans leur pays d’origine à travers des séances de sensibilisation et d’un ensemble d’outils de communication et de sensibilisation (brochures d’information par pays, vidéos témoignant des histoires de réintégration et un site web).

On leur offre également des sessions de renforcement des aptitudes personnelles (life skills et soft skills) et des compétences techniques (entrepreneuriat et commercialisation) avant leur retour afin de concevoir et mettre en place de futurs projets entrepreneuriaux. Des séances  d’initiation à l’apprentissage de l’agriculture et de l’artisanat leur sont offertes pour les préparer à intégrer les secteurs à fort potentiel dans leurs pays d’origine. Jusqu’à présent, 3 points d’orientation de migrants ont été mis en place à Casablanca, Rabat et Oujda pour leur permettre de s’inscrire au programme de retour volontaire et de bénéficier des sessions d’orientation.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *