Al Qaïda maintient qu’il y a eu des négociations avec la France

Al Qaïda maintient qu’il y a eu des négociations avec la France

Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a maintenu qu’il avait eu des négociations avec la France pour la libération de l’otage français Michel Germaneau, affirmant que ses demandes étaient «claires», a rapporté jeudi le Centre de surveillance des sites Internet islamistes SITE. «L’organisation était en contact permanent (avec la France) à travers des intermédiaires», indique un communiqué d’Aqmi traduit et diffusé par SITE. Michel Germaneau a été enlevé le 19 avril dans le nord du Niger. L’Aqmi a annoncé son exécution le 25 juillet. «La France connaissait très bien les exigences de l’organisation pour assurer la libération de l’otage», indique le groupe. Début mai, la chaîne satellitaire Al-Jazeera, citant le groupe, avait indiqué qu’Aqmi réclamait à «la France et à ses alliés dans la région la libération de ses détenus» en contrepartie de celle du Français. Dans son communiqué de jeudi,  l’Aqmi fait référence à Pierre Camatte, un Français que le groupe avait enlevé en novembre 2009 puis libéré trois mois plus tard après avoir obtenu la libération de quatre islamistes détenus au Mali, comme preuve qu’il était prêt à négocier. «L’expérience de Pierre Camatte, qui s’est terminée par sa libération, prouve que les moujahidine n’ont recours à l’assassinat que si la France en décide ainsi». Le gouvernement français a maintenu lundi qu’il n’y a jamais eu de négociations avec l’Aqmi pendant la détention de Michel Germaneau, démentant les affirmations du chef de l’organisation diffusées la veille. Dimanche, Abdelmalek Droudkal avait affirmé avoir négocié avec Paris pour la libération de Germaneau. Le 26 juillet, le président français Nicolas Sarkozy avait affirmé que l’ultimatum d’Aqmi n’avait «jamais été précédé du moindre début de dialogue avec des autorités françaises ou locales». Le ministre français de la Défense, Hervé Morin, avait indiqué pour sa part que la France n’avait «jamais eu de revendications précises». Âgé de 78 ans, Michel Germaneau était militant humanitaire très impliqué auprès des populations du Sahel.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *