Al Qaida revendique le rapt des marocains

Al Qaida revendique le rapt des marocains

Près d’une semaine après leur disparition sur la route qui les menait de Amman à Bagdad, le Maroc demeure sans nouvelles de Abderrahim Boualem et Abdelkarim El Mouhafidi, deux employés de son ambassade en Irak.
Une source du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, reprise par la MAP, a déclaré que le Royaume est toujours sans nouvelles de ces deux ressortissants et ce depuis l’après-midi de jeudi 20 octobre 2005. Ce jour-là, Abderrahim Boualem et Abdelkarim El Mouhafidi, respectivement chauffeur et agent d’exécution à la chancellerie marocaine, étaient partis chercher leurs salaires à l’ambassade de Amman à bord d’un véhicule diplomatique. Leurs traces avaient été perdues depuis qu’ils ont quitté l’ambassade du Royaume en Jordanie pour regagner leurs postes et les leurs.
La route reliant Bagdad à Amman figure parmi les plus dangereuses dans cette région depuis le déclenchement de la guerre contre l’Irak. Ce tronçon a connu de bien malheureux rapts et attentats. Toutefois, jusqu’au mercredi 26 octobre 2005 en début d’après-midi, aucune nouvelle n’est venue rassurer, et moins inquiéter, quant au sort des deux ressortissants marocains. L’AFP qui avait anticipé les choses en parlant d’éventuel enlèvement des deux Marocains par Al Qae’da a dû rectifier, selon le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, en affirmant ne pas avoir pu authentifier les dires de sa source. L’AFP se serait basée sur un site Internet et une déclaration d’un certain d’Abou Maëssara Al-Iraqi, présenté comme porte-parole de Zarqaoui. Le Royaume, mardi 25 octobre 2005, a décidé suite à de longues réunions au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, de dépêcher une délégation dans la capitale jordanienne pour contribuer aux efforts de recherches et établir les démarches et contacts nécessaires en coordination avec les autorités irakiennes. Cette délégation, selon le département de Mohamed Benaissa, est composée de trois diplomates et est dirigée par Mohamed Azerouale, ambassadeur assumant la mission de directeur des affaires arabes et islamiques. Cette délégation devait d’ailleurs arriver, le même mardi, dans la capitale jordanienne et commencer aussitôt son travail. Le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération a, enfin, révélé mardi dernier, l’identité exacte et l’itinéraire professionnel des deux marocains portés disparus. Boualem et El Mouhafidi ont ce trait commun d’avoir vécu pendant longtemps en Irak et d’avoir être embauchés sur place par l’ambassade marocaine comme agents.
Abderrahim Boualem, 55 ans au 18 juillet dernier, est installé en Irak depuis 1979. Marié à une ressortissante irakienne et père de trois enfants, Boualem fait partie des effectifs de l’ambassade marocaine depuis 2002 en tant que chauffeur.
Quant à Abdelkarim El Mouhafidi, ce dernier est arrivé en Irak en 1982. Marié également à une irakienne, il a été engagé, en qualité d’agent d’exécution à l’ambassade marocaine, en 1993.  
Le Maroc, et notamment via le ministère des Affaires étrangères et les chancelleries du royaume dans la région, serait en train d’étudier la possibilité de mener d’autres démarches pour élucider le sort de ses deux ressortissants. Pour le moment, et hormis l’envoi d’une délégation officielle à Amman, l’attitude adoptée est celle d’attendre des nouvelles de Boualem et El Mouhafidi.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *