Al Qaïda veut la libération de ses membres détenus en Mauritanie

Al Qaïda veut la libération de ses membres détenus en Mauritanie

Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) réclame sept millions de dollars (4,8 millions d’euros) et la libération de plusieurs de ses membres détenus en Mauritanie contre la libération des trois volontaires humanitaires espagnols retenus en otages au Mali, selon des informations publiées, jeudi 31 décembre, dans le quotidien El Mundo. Le ministère des Affaires étrangères espagnol s’est refusé à tout commentaire sur cette information. Roque Pascual, Albert Vilalta et Alicia Gamez ont été enlevés en Mauritanie alors qu’ils acheminaient de l’aide humanitaire en Afrique de l’Ouest à bord d’un convoi. «L’un d’eux, blessé par balle à une jambe lors de son enlèvement, s’est bien soigné et son état évolue positivement», avait indiqué, mercredi, le directeur de l’ONG Barcelona Accio Solidaria.
Selon El Mundo, le gouvernement espagnol est informé des exigences des ravisseurs et le président du Mali, Amadou Toumani Touré, joue un rôle fondamental dans les négociations. Ce dernier aurait ainsi dépêché au nord du Mali, où seraient retenus les otages dans une région désertique frontalière avec l’Algérie, son consul en Arabie Saoudite, Iyad Ag Gali, un ancien rebelle touareg. Le diplomate serait en contact avec un chef tribal pour négocier la libération des trois otages espagnols, mais aussi celles de l’otage français, Pierre Camatte, capturé le 26 novembre, et de l’Italien Sergio Cicala et son épouse Philomène Kabouree, capturés le 18 décembre par AQMI. D’après des informations recoupées il y a quelques jours par l’AFP, au moins trois intermédiaires tentent d’obtenir la libération des otages européens.
Il faut rappeler que l’année 2009 a été marquée par une recrudescence d’enlèvements de ressortissants occidentaux contre le paiement de rançons. En janvier 2009, l’AQMI avait enlevé quatre touristes britanniques au Mali. En avril dernier, elle avait menacé d’en exécuter un si Abou Qatada, Jordanien d’origine palestinienne condamné à mort dans son pays pour activité terroriste et prisonnier au Royaume-Uni sans avoir été jugé en vertu des lois contre le terrorisme, n’était pas libéré. Le 22 janvier dernier un groupe armé enlève quatre touristes européens (un couple suisse, une Allemande et un Britannique) dans la zone frontalière entre le Niger et le Mali. Le 22 avril Al-Qaïda libère deux diplomates canadiens enlevés en décembre 2008. La perte de nombreux éléments importants (250 terroristes éliminés entre 2007 et 2009) a poussé Abdelmalek Droukdal à promouvoir de nouveaux chefs à la tête de ses phalanges. Le 4 février, l’émir sanguinaire de katibat El Feth, Omar Bentitraoui Antar, également connu sous le nom de guerre de Yahia Abou Khitma, est abattu par les autorités en plein centre-ville à Boumerdès.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *