Alcool : Les Marocains boivent moins

Alcool : Les Marocains boivent moins

Les Marocains préfèrent la bière (43% de l’alcool pur ingéré par les plus de 15 ans), suivi du vin (40%) et les spiritueux (17%).

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié son rapport sur la consommation d’alcool dans le monde et ses conséquences néfastes sur la santé. Au Maroc, la consommation d’alcool a baissé. Selon les statistiques mondiales sur la santé réalisées par l’OMS, la consommation moyenne annuelle par habitant est passée de 1 litre en 2010 à 0,6 litre en 2016. Chez le sexe masculin, le volume consommé est ainsi passé de 1,8 litre en 2010 à 1,1 litre en 2016.

Pour les femmes, on notera une consommation de 0,1 litre en 2016 contre 0,2 litre en 2010.  Si l’on prend la population des buveurs (âgés de plus de 15 ans), ces derniers  ingèrent 24,5  litres d’alcool pur par an. Avec des disparités hommes-femmes extrêmement marquées, puisque ce volume grimpe à 29,2 litres pour les hommes, contre 10,6 litres pour les femmes. Pour ce qui est du choix des boissons alcoolisées, l’OMS signale que les Marocains préfèrent la bière (43% de l’alcool pur ingéré par les plus de 15 ans), suivi du vin (40%) et les spiritueux (17%). Le rapport de l’OMS s’est aussi penché sur les conséquences sanitaires de la consommation d’alcool. Et il en ressort que les Marocains boivent mal. En effet, l’OMS a dénombré 341 cas  de décès dû à une cirrhose du foie. Il faut aussi relever que 163 personnes sont mortes  dans des accidents de circulation parce qu’elles conduisaient en état d’ébriété.

Le document précise également que 0,2% des consommateurs d’alcool au Maroc ont atteint un stade d’addiction et que 0,4% des consommateurs sont sujets à des troubles divers. Au niveau mondial, l’Europe a la consommation par habitant la plus élevée du monde, bien que cette consommation ait diminué de plus de 10% depuis 2010. La consommation d’alcool a diminué dans les trois quarts des pays européens, avec de très fortes réductions enregistrées, notamment en Russie, où la consommation annuelle d’alcool (mesurée en litres d’éthanol pur) par habitant est passée de 18,7 litres en 2005 à 11,7 litres en 2016. L’usage nocif de l’alcool entraîne dans le monde 3,3 millions de décès chaque année.

L’OMS estime que la consommation d’alcool est un facteur étiologique dans plus de 200 maladies et traumatismes. Elle est associée au risque d’apparition de problèmes de santé tels que les troubles mentaux et comportementaux, y compris la dépendance à l’égard de l’alcool, des maladies non transmissibles majeures telles que la cirrhose du foie, certains cancers et des maladies cardio-vasculaires, ainsi qu’à des traumatismes résultant d’actes de violence et d’accidents de la circulation.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *