Alger accepte le report de l’extradition de Khalifa

Alger accepte le report de l’extradition de Khalifa

L’Algérie a accepté une demande de la Grande-Bretagne de reporter au 29 janvier sa décision sur l’extradition de Rafik Khalifa, ex-magnat algérien condamné dans son pays pour faillite frauduleuse et réfugié à Londres, a indiqué, dimanche, le ministre algérien de la Justice. «Un délai supplémentaire a été demandé et obtenu par le ministre britannique de l’Intérieur pour l’examen de la demande algérienne d’extrader Rafik Khalifa», a déclaré le ministre de la Justice Tayeb Belaïz. Le ministre britannique de l’Intérieur Alan Johnson avait demandé le 1er décembre un délai supplémentaire, jusqu’au 29 janvier, pour rendre sa décision concernant l’extradition de Khalifa. M. Johnson devait à l’origine rendre sa position (positive ou négative) avant le 24 octobre, mais avait obtenu quelques jours avant la date butoir un premier report, au 7 décembre. La justice britannique a autorisé en juin l’extradition vers son pays de M. Khalifa, condamné en Algérie par contumace en mars 2007 à la réclusion perpétuelle notamment pour faillite frauduleuse. Il appartient au ministre de l’Intérieur de valider la décision in fine. M. Khalifa a été reconnu coupable en Algérie d’association de malfaiteurs, vol qualifié, détournement de fonds, faux et usage de faux.
Il s’est réfugié en Grande-Bretagne en 2003, lorsque a éclaté le scandale financier de la Khalifa Bank et de plusieurs entreprises de son empire et a été arrêté le 27 mars 2007 sur le territoire britannique. Dans le cadre d’un mandat d’arrêt européen délivré par le tribunal de grande instance de Nanterre, près de Paris.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *