Algérie : Identification par ADN des pères d’enfants nés sous «X»

Algérie : Identification par ADN des pères d’enfants  nés sous «X»

Les enfants nés hors mariage en Algérie bénéficieront d’une reconnaissance obligatoire de leur père identifié grâce à son ADN, si la mère en fait la demande, a annoncé le ministre algérien de la Solidarité nationale Djamal Ould Abbès.
«Le ministère a mis au point un projet de loi pour faire subir au géniteur un test ADN visant à prouver la paternité d’un enfant né hors mariage», a précisé lundi soir M. Ould Abbès, à l’ouverture d’une rencontre sur la stratégie nationale de lutte contre la violence à l’encontre des femmes.
«Le présumé père sera contraint de subir ce test, à la demande de la mère et sous le contrôle d’un juge», a précisé le ministre. Le père identifié par son ADN ne sera cependant pas obligé d’épouser la mère de l’enfant né hors mariage. «L’important pour nous est de donner un nom à l’enfant pour le protéger», a poursuivi le ministre.
Les mères célibataires accouchent souvent sous "X" et abandonnent leur enfant à l’assistance publique.
Le nouveau-né est alors inscrit sur les registres de l’état civil sans nom patronymique, avec la mention: "né de père inconnu".
Selon le ministère, on compterait annuellement 5.000 naissances hors mariage. Une partie seulement de ces enfants sont adoptés sous le régime islamique de la "kafala" autorisant depuis 1993, sous strictes conditions, l’octroi du nom de la famille d’accueil à l’enfant.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *