Algérie : Ouverture du Salon international du livre sans l’Égypte

Algérie : Ouverture du Salon international du livre sans l’Égypte

Le 15ème Salon international du livre d’Alger (Sila) a été inauguré mardi par le président Abdelaziz Bouteflika en l’absence de l’Egypte, alors que les relations entre Alger et Le Caire ont connu une période de tension fin 2009 autour d’un match de football. Quelque 460 éditeurs représentant 30 pays participent à ce salon, qui se tient jusqu’au 6 novembre, selon le responsable de la communication du Sila, Abdallah Benadouda. La précédente édition avait rassemblé 364 éditeurs représentant 25 pays. M. Banadoua a indiqué à l’AFP que les exposants égyptiens «ne sont pas venus», alors que les responsables du Sila avaient assuré auparavant qu’il n’y avait pas d’«interdiction» algérienne à la présence égyptienne. Des intellectuels algériens avaient évoqué dans une pétition cette «interdiction» liée, selon eux, à l’élimination de l’Egypte par l’Algérie en novembre 2009 lors des qualifications pour le Mondial-2010. Des manifestations anti-algériennes avaient eu lieu au Caire devant l’ambassade d’Algérie, et les ambassadeurs des deux pays avaient été rappelés pour consultation dans leurs capitales respectives. Au Caire, le président de l’Union des éditeurs égyptiens, Mohammed Rachad, a expliqué à l’AFP que les organisateurs algériens avaient réduit à 50 mètres carrés la surface consacrée au livre égyptien, au lieu des 1000 mètres habituels. Le responsable de l’Autorité égyptienne publique du livre, Helmi Al-Namnam, a également assuré à l’AFP ne pas avoir reçu d’invitation. Malgré l’absence de l’Égypte, les éditeurs des pays arabes sont présents en force, selon le directeur du livre Rachid Hadj-Naceur, et la Suisse est à l’honneur avec deux expositions «Suisse romande, terre du livre» et «Science Suisse». La France participe avec une quinzaine de maisons d’édition. Le Salon consacrera des journées spéciales à des personnalités disparues notamment Lakhdar Bentobal, figure de la guerre pour l’indépendance de l’Algérie, décédé en août, où encore l’écrivain Tahar Ouettar, décédé également en août.  «Le marché du livre devrait être important», a déclaré le président Bouteflika en inaugurant ce salon, auquel participent 140 éditeurs algériens.  Le livre religieux musulman tient traditionnellement une place prépondérante dans cette manifestation annuelle, qui draine plusieurs centaines de milliers de visiteurs attirés par le prix abordable des ouvrages exposés.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *