Alimentation : Les Marocains mangent mal et ne bougent pas assez

Alimentation : Les Marocains mangent mal et ne bougent pas assez

76% consomment moins de 5 portions de fruits et/ou légumes par jour

Les Marocains consomment en moyenne 1 fruit par jour. En revanche, ils ont tendance à consommer davantage de légumes. Ils en mangent presque tous les jours.

Quelles sont les habitudes alimentaires des Marocains ? C’est à cette question qu’a tenté de répondre l’enquête épidémiologique de prévalence des facteurs de risque des maladies non transmissibles du ministère de la santé réalisée en collaboration avec l’OMS. Celle-ci présente un bilan détaillé de l’alimentation des Marocains. Signalons que les données ont été collectées auprès d’un échantillon représentatif de la population marocaine de 6.100 personnes. Ainsi, 4,2 est le nombre moyen de jours par semaine de consommation de fruit. Ce nombre de jours par semaine est plus important en milieu urbain (4,6) qu’en milieu rural (3,6). S’agissant du nombre moyen de portion de fruits consommés quotidiennement, l’étude révèle que les Marocains consomment en moyenne 1 fruit par jour. En revanche, ils ont tendance à consommer davantage de légumes. Ils en mangent presque tous les jours (la moyenne est de 6,3 jours par semaine).  Ils consomment en moyenne   2,5 portions de légume par jour.  A noter que 76,3% consomment moins de 5 portions de fruits et/ou légumes par jour. Cette part est plus importante en milieu rural qu’en milieu urbain (84% contre 72,1%).

Une consommation excessive de sel dans les assiettes

L’enquête s’est aussi intéressée à la consommation excessive de sel dans les assiettes des Marocains. Les résultats ont conclu que 13,5% ajoutaient souvent ou toujours du sel à leurs plats avant ou pendant les repas. Les femmes ont plus tendance à le faire que les hommes (14,5% contre 12.5%). Ce pourcentage diminue progressivement avec l’âge, de 17,4% chez les personnes âgées de 18-29 ans à 8,5% chez les 70 ans et plus. A noter que les personnes résidant en milieu urbain ont plus tendance à ajouter du sel dans leurs plats avant et pendant les repas que les personnes résidantes en milieu rural. Près des 2/3 de la population cible pensaient qu’elles ne consommaient quotidiennement que la quantité nécessaire de sel. Seul 1/4 des répondants pensait qu’il consommait quotidiennement des repas peu salés à très peu salés. Par ailleurs, les connaissances de la population cible concernant les effets néfastes de cette consommation excessive ont été évaluées. 91,3% des répondants étaient convaincus que la consommation excessive de sel peut causer de sérieux problèmes de santé.

Poisson : Une consommation moyenne de 1,6 jour par semaine

Les habitudes alimentaires en relation avec la consommation moyenne d’autres aliments avaient été investiguées lors de l’étude. Les viandes rouges ou blanches sont consommées en moyenne 4,2 jours par semaine. Les œufs sont consommés en moyenne 2.8 jours par semaine. En revanche, les Marocains ne mangent du poisson en moyenne qu’1,6 jour par semaine. Une légère différence a été enregistrée entre les milieux, les résidents du milieu urbain avaient plus tendance à manger les poissons que les résidents du milieu rural (1,7 jour contre 1,3 jour). ll a aussi été rapporté que les produits laitiers ont été consommés quatre jours par semaine. Enfin les boissons gazeuses et les jus de fruits commerciaux sont consommés en moyenne une journée par semaine. La consommation des hommes dépasse celle des femmes d’une demi-journée par semaine. L’évaluation du comportement alimentaire a également concerné le nombre de repas moyen pris à l’extérieur des maisons, que ce soit des petits déjeuners, déjeuners et des dîners. Les résultats ont démontré que quatre repas par semaine sont pris à l’extérieur des maisons.

Plus de 84% ne pratiquent pas d’activité physique lors du temps libre

L’activité physique chez la population à l’étude a également été analysée. L’enquête révèle que 21% ne répondent pas aux recommandations de l’OMS qui suggère au moins 150 minutes d’activité physique modérée par semaine). Ce sont les femmes qui ont plus tendance à avoir des comportements sédentaires avec 26% contre 16,1% pour le sexe masculin.  Plus l’âge avance, plus la tendance à la sédentarité est importante. Ce pourcentage s’élevait à 31,5% chez les 60-69 ans et à 49,3% chez les 70 ans et plus. La décomposition de l’activité physique moyenne par jour a conclu que la grande partie est en relation avec le travail 137,5 minutes des 201.5 minutes d’activité physique journalière étaient liées au travail. La différence est importante entre les deux milieux où l’activité en relation avec le travail est encore plus importante chez les personnes résidentes en milieu rural (191,3 minutes ) que ceux résidant en milieu urbain (107,4 minutes). L’enquête a aussi conclu que 84,7% de la population cible ne pratiquait pas d’activité physique lors du temps libre. Ce pourcentage est plus important chez le sexe féminin avec 93%. Enfin, signalons qu’en moyenne chaque personne passe 2 heures et demie à être sédentaire sans aucune activité. Cette moyenne est significativement plus importante au milieu urbain (190,6 minutes) qu’en milieu rural (173,6 minutes). 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *