Alors que l OMS recommande des taux entre 5% et 15% : Le taux d’incidence de la césarienne est de 50% à la CNOPS

Alors que l OMS recommande des taux entre 5% et 15%  : Le taux d’incidence de la césarienne est de  50% à la CNOPS

L’accouchement par césarienne gagne du terrain au Maroc. La proportion de ce type d’accouchement a considérablement augmenté au niveau de la CNOPS.Son poids a connu une nette croissance entre 2007 et 2011 en passant de 36% (8.476 actes) à 50% (12.691) du nombre total des accouchements effectués.  En revanche, l’accouchement par voie basse a régressé en passant de 64% (15.400 actes) à 50% (12.944 actes). C’est ce qui ressort de l’étude  de la CNOPS sur les accouchements durant la période 2007-2011. Cette tendance à la hausse des césariennes est également perceptible en termes des dépenses. En 2007, elles ont représenté 62% des dépenses totales d’accouchement contre 75% en 2011. Les dépenses d’accouchement par voie basse ont chuté de 38% à 25%.  Et sans grande surprise, c’est le secteur privé qui s’accapare les parts les plus importantes en termes du nombre d’actes et des montants réglés pour la césarienne avec respectivement 48% et 74% en 2011 contre 32% et 56% en 2007 du total des actes et des montants réglés en tiers payant de l’accouchement. Par contre, au niveau du secteur public l’on assiste à une baisse continue de la césarienne en nombre et en valeur sur la période 2008-2010 (-19% en nombre d’actes et -22% en valeur en moyenne sur 2008-2010). L’étude indique qu’en 2011, 58%  des actes d’accouchements se sont faits par césarienne contre 42% par voie basse dans le secteur privé. Par contre, dans le secteur public, la part de l’accouchement normal reste la plus importante avec un taux de 81% contre 19% pour les césariennes. Autre constat : en 2011, les cliniques privées se sont accaparé 78% du total des actes et 90% du total des remboursements en tiers payant du poste accouchement . A noter que 59% de ces actes ont concerné  la césarienne, ce qui a permis de drainer 79% du total des montants réglés aux cliniques privées en accouchements. Les Centre hospitaliers (CH)  représentent 15% de l’ensemble des actes et 4% des dépenses en tiers payant en accouchements. Ces actes sont effectués par césarienne à raison de 19% en nombres d’actes d’accouchement réalisés par les CH et 45% en termes des dépenses d’accouchement drainés par les CH. Pour leur part, les Polycliniques CNSS ont drainé 5% des dépenses et 4% du nombre d’actes en accouchement en mode tiers payant. La césarienne y représente 46% en nombre et 70% en valeur des accouchements réalisés au niveau des polycliniques CNSS.
S’agissant de l’augmentation des césariennes,la CNOPS avance plusieurs  facteurs à savoir le secteur de soins, l’âge de l’accouchée et le type de bénéficiaire (assurée cotisante/conjointe à charge). A noter qu’en  2011, le taux d’incidence d’accouchement par césarienne à la CNOPS a été établi à 50%, un taux trop élevé si l’on tient compte des recommandations de l’OMS.Les taux de césarienne devraient se situer entre 5% et 15% selon l’OMS. Un taux inférieur à 5%, indiquerait que certaines femmes avec des complications sévères ne recevraient pas le niveau de soins adéquat. Au-delà de 15%, le recours à la césarienne est jugé comme abusif. Les experts s’accordent aujourd’hui à considérer des taux de césarienne supérieurs à 25% comme anormaux. Le coût supplémentaire de la césarienne dû au dépassement du plafond du taux d’incidence de la césarienne (25%) qui peut être considéré comme étant normal au sein du secteur privé, est estimé à 186 MDH sur la période 2007-2011, soit un coût supplémentaire annuel moyen de
37 MDH.

Selon l’étude de la CNOPS, la population assurée installée dans la Région Rabat-Salé-Zemmour-Zaër, le Grand Casablanca et la Région Souss-Massa Drâa, consomme respectivement 19%, 14% et 11%, soit 44% de l’ensemble des dépenses du poste accouchement en 2011 et s’accapare des parts respectives de 21%, 13% et 10% du total des actes d’accouchement, soit 44% du total de ces actes.
S’agissant de la répartition du poste accouchement par type de bénéficiaires en 2011, il convient de relever que les assurées cotisantes constituent 36%  des accouchées et 41% des dépenses en accouchement en 2011. Pour leur part, les conjointes à charge constituent 64% des accouchées et leurs dépenses représentent 59% en termes des prestations d’accouchement servies. Les coûts moyens par acte liés aux accouchements des assurées cotisantes et des conjointes s’élèvent respectivement à 5133 DH et 4248 DH. Ces coûts sont plus élevés chez les premières puisqu’elles accouchent plus par césarienne.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *