Alphabétisation : Redal et l AMOS célèbrent le 1er anniversaire de leur partenariat

Alphabétisation : Redal et l AMOS célèbrent le 1er anniversaire de leur partenariat

Assurer la gratuité de scolarité et de soins au profit des enfants. Ce n’est qu’un cœur généreux qui peut faire ça ! Et il y en a. La volonté émane des membres de l’association Moussaoui pour les œuvres sociales (AMOS) qui ont ouvert leur cœur à 110 enfants âgés de 2 à 6 ans et issus du bidonville Sahraoua à Témara qui ont été recasés avec leur famille au Quartier Ennasr de la même ville. Et ce n’est pas tout ! L’AMOS a fait d’une seule pierre deux coups en étant vivement sensible à la situation des mères de ces enfants puisqu’elles sont célibataires, veuves, divorcées ou abandonnées par leurs maris comme elles n’ont pas de revenu fixe.
Ces femmes se sont vues dispenser, par l’AMOS en partenariat avec Redal, un programme d’alphabétisation et de sensibilisation lancé en octobre 2011 et ponctué, mercredi 27 juin, par la remise de diplômes à ces femmes au siège de l’association, à Témara, équipé et construit par ses membres sur un terrain attribué par Diar El Mansour.  Lors de cette cérémonie de remise de diplômes, Karima Moussaoui, présidente de l’AMOS, qui n’a cessé d’évoquer le soutien des membres de sa famille et de sponsors privés dont Redal, qu’elle considère le premier, a étalé les objectifs de ce programme. «Ce projet de l’ordre de 2,5 MDH vise à soutenir, à titre gratuit, des enfants démunis et de sensibiliser les femmes du quartier sur les sujets qui touchent leur vie quotidienne ou ayant un impact direct ou indirect sur leur famille», a-t-elle expliqué.  Mme Moussaoui qui aspire à augmenter la capacité d’accueil de l’association qu’elle préside, n’a pas hésité à s’exprimer sur la difficulté de la gestion financière. Cependant le soutien des sponsors s’avère de grand réconfort pour elle.
Quant à Daniel Lafon, directeur exécutif de Redal, il a estimé lors de cette cérémonie qui commémore le premier anniversaire du partenariat avec l’AMOS a indiqué que : «ce programme d’alphabétisation vient compléter la mission d’accueillir chaque année, une centaine d’enfants issus de familles en difficulté». «Ces femmes ont maîtrisé le niveau un et il y en aura un deuxième et troisième», a-t-il annoncé. Pour information, cette formation permettra aux bénéficiaires d’exercer une activité génératrice de revenu.
De surcroît, l’AMOS, créée en janvier 2011, est composée de 15 personnes disposant d’avantages sociaux. Comme elle assure des repas à ses bénéficiaires à raison de deux repas par jour. Quelle générosité !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *