Amélioration des conditions de travail: Un milliard de dirhams annuellement pour la santé

Amélioration des conditions de travail: Un milliard de dirhams annuellement pour la santé

Dans une tentative de redresser la situation, le ministère de tutelle a décidé d’allouer la somme d’un milliard de dirhams tous les ans, et pendant cinq ans. C’est là une annonce faite par le ministre de la santé, El Houssaine Louardi,  lors d’une rencontre tenue les 18 et 19 décembre à Marrakech.

Dans le cadre de la mise en place de la régionalisation avancée et en accompagnement à l’instauration de sa régionalisation sectorielle, le ministère de la santé a tenu une rencontre de coordination avec les services déconcentrés du ministère afin de discuter de la nouvelle organisation régionale de la santé. Il a également été question de la promotion des conditions du secteur.  «Avec l’appui du gouvernement, nous avons mis en place un nouveau programme pour la restructuration des hôpitaux régionaux et provinciaux.

Ce programme financera à hauteur d’un milliard de dirhams et pendant cinq ans à partir de 2016 la mise à niveau de ces établissements et l’achat d’équipements biomédicaux pour une plus grande attractivité ainsi qu’un meilleur respect  des cycles de traitement», avait annoncé Louardi avant de préciser que,  pour ce qui est de la gouvernance, une autorité spéciale sera mise en place en coordination avec l’ANAM.

En plus de ce financement, le ministère a mis en place une nouvelle procédure de supervision. Ainsi, une initiative nommée «Tafakkoud Alkhadamate» (vérification des services, ndlr)  permettra de s’enquérir directement de la disponibilité et de la qualité des services. Un autre programme interactif  sous le nom de «Khadamati» est également opérationnel. Celui-ci permet au citoyen d’avoir les réponses dont il a besoin. Constitué de huit services et disponible aussi bien sur le Web que sur les plates-formes téléphoniques, ce programme les orientera, recevra leurs réclamations et plaintes et leur facilitera, en principe, l’accès aux services de santé. Parmi les services disponibles figurent «Allô 141 SAMU», «Allô Mawiidi», opérationnel à compter du premier janvier prochain, il est destiné à la prise de rendez-vous auprès des hôpitaux publics  et «Allô Chikaya», qui est déjà opérationnel et qui est consacré à la réception de  toute réclamation ou plainte concernant un service de santé.
Pour Louardi, la régionalisation avancée doit être accompagnée d’une justice en matière d’accès aux soins et ce programme y contribuera de façon à «pallier certains dysfonctionnements entre les régions d’une part, et entre le monde rural et le milieu urbain, d’autre part». Dans ce sens, la rencontre de Marrakech a été une occasion de présenter les prérogatives dévolues aux responsables régionaux ainsi que les défis qu’ils auront à relever. Le ministre a ainsi annoncé le lancement du nouveau programme de développement des capacités au profit des directions régionales de la santé ainsi que la création des Inspections régionales de la santé. Ces mesures d’accompagnement ont pour principal objectif de  «garantir et de suivre de près la mise en place des régions sanitaires et s’enquérir directement de la qualité des services de santé rendus aux citoyens», conclut-on.
 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *