Amendis pointé du doigt

Les mesures prises par Amendis concernant la hausse des factures n’ont pas eu un écho favorable auprès des Tangérois.  Le mouvement de protestation déclenché par les habitants des quartiers périphériques de la ville contre le gestionnaire délégué pour l’eau, l’électricité et l’assainissement liquide à Tanger entre dans sa troisième semaine.  Les contestataires continuent à observer, quotidiennement et de 9 à 13 heures, des sit-in de protestation devant le siège social d’Amendis. «Les habitants de la ville de Tanger souffrent, depuis qu’Amendis a été  chargée de la gestion des services distribution d’eau, d’électricité et d’assainissement liquide en 2002. Ils ont manifesté plusieurs fois leur mécontentement à travers la signature de pétitions et l’organisation de manifestations contre la cherté des factures.  C’est pourquoi le mouvement de protestation du quartier populaire Bni Makada connaît une grande mobilisation de la part des ONG, des partis, des syndicats et des habitants des autres quartiers», précise Abdellah Zaïdi, membre de la coordination pour la dénonciation de la hausse des prix à Tanger, avant d’ajouter que «les forces de l’ordre sont intervenues jeudi dernier devant le siège d’Amendis pour disperser les protestataires ». 
Par ailleurs, les habitants des quartiers Dchar Bindibane, Bir Chifae, Haoumat Saâda, Rahrah, Haoumat Chouk… étaient les premiers à protester contre Amendis. Ce fut au tour de Hay Bni Makada d’observer, depuis le 14 novembre, des sit-in de protestation devant le siège de celle-ci et celui de la wilaya de Tanger. Un mouvement de protestation qui connaît une participation massive parmi la population tangéroise. Pour les protestataires, la cherté des factures est due au fait qu’Amendis ne vérifie pas régulièrement les compteurs d’eau. «Les citoyens n’arrivent plus à supporter la cherté des factures d’eau et d’électricité. Les responsables d’Amendis avouent, d’ailleurs, qu’il y a un dysfonctionnement au niveau de leur  système de relevé des compteurs et de leur système informatique», déclare Mohamed El Asri, président de la Ligue pour la défense des consommateurs à Tanger.
Face à ces protestations contre la cherté des factures du mois d’août, les responsables d’Amendis ont organisé, lundi 20 novembre, une rencontre avec la presse pour s’expliquer. Ils ont indiqué que la récente hausse de tarification est constatée généralement pour le cas des compteurs collectifs. Ils ont également reconnu des dysfonctionnements au niveau du relevé de la consommation qu’ils ont imputés, en particulier, à l’inaccessibilité des compteurs.
Ce qui se traduit par un cumul de la consommation de plusieurs mois et qui conduit au passage à la tarification exigible pour la 2ème voire la 3ème tranche. Pour calmer la colère des usagers, ils ont promis de revoir les factures en cas d’éventuelles erreurs de relevé ainsi que des facilités de paiement pour les factures contestées. Ils encouragent également les habitants des quartiers périphériques à se doter de compteurs individuels dont les frais d’installation ont été réduits. Ces mesures ne semblent pas avoir apaisé les esprits.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *