AMO : C’est au tour des adouls

AMO : C’est au tour des adouls

Le régime de l’assurance-maladie obligatoire et de la retraite des indépendants vient d’être lancé pour cette catégorie

En plus des adouls, le nouveau régime a connu l’adhésion des sages-femmes et des professionnels de la rééducation. Le but pour les responsables est d’alléger les frais et les dépenses en cas de maladie, pour les catégories professionnelles libérales ciblées par le projet.

L’entrée en vigueur du régime de l’assurance-maladie obligatoire (AMO) et de la retraite des indépendants se poursuit. Le tour est venu donc pour les adouls. Ainsi, le démarrage effectif du régime de l’assurance-maladie obligatoire (AMO) et de la retraite des indépendants au profit des adouls, vient d’être donné à Agadir. Une rencontre de communication organisée par l’Instance nationale des adouls devait permettre aux Adouls de s’informer davantage sur le régime de l’assurance-maladie obligatoire (AMO) et de la retraite des indépendants.

Il faut préciser dans ce sens que la mise en œuvre de cette couverture intervient après la publication de la loi 98.15 relative au régime de l’assurance-maladie obligatoire pour les catégories des professionnels, des travailleurs indépendants et des personnes non salariées exerçant une activité libérale. Il faut dire que le lancement de l’AMO et le système de retraite pour cette catégorie professionnelle arrivent à un moment où les responsables ont fait le choix de la progressivité dans la mise en place de ce système. En plus des adouls, le nouveau régime a connu l’adhésion des sages-femmes et des professionnels de la rééducation. Le but pour les responsables est d’alléger les frais et les dépenses en cas de maladie, pour les catégories professionnelles libérales ciblées par le projet.

Pour rappel, trois décrets d’application des lois 98.15 et 99.15, relatives à l’assurance-maladie obligatoire et au régime de retraite des indépendants avaient été publiés il y a moins d’un mois au Bulletin officiel. Il s’agit du décret 2.19.763 qui fixe la liste des premières catégories et sous-catégories des professionnels, travailleurs indépendants et travailleurs non-salariés, concernés par ces deux lois. Le deuxième décret 2.19.719 est relatif aux sages-femmes et aux professionnels de la rééducation. Il fixe les bases de cotisation pour ces deux professions (expérience de 5 ans au moins: 1,75 fois le Smig; expérience de plus de 5 ans: 2,75 fois le Smig). Le troisième décret 2.19.769 relatif aux adouls fixe la base de cotisation à 1,9 fois le Smig.

Les choses commencent à s’accélérer pour ce régime. Dès la rentrée politique en septembre dernier, un autre décret avait été adopté. Il s’agissait notamment du décret n° 2.19.763 modifiant et complétant le décret n° 2.18.622 relatif à l’application de la loi n° 98-15 sur le régime de l’assurance- maladie obligatoire (AMO) de base et de la loi 99-15 instituant un régime de pensions pour les catégories des professionnels, des travailleurs indépendants et des personnes non salariées exerçant une activité libérale. Ce texte visait à déterminer la liste des professions ciblées. Cette liste comprend dans une première phase 14 des catégories, notamment les médecins, dentistes, biologistes, pharmaciens, infirmiers, sages-femmes, professionnels de la rééducation, la réhabilitation et la réadaptation professionnelle, fournisseurs de produits de santé et spécialistes en psychologie hormis les psychiatres, les professions juridiques et judiciaires, les personnes physiques exerçant des activités dans les domaines des finances, de la comptabilité et des assurances, celles exerçant des professions liées au BTP, celles exerçant leurs activités dans les domaines de l’expertise, de l’audit et du consulting ainsi que les personnes physiques exerçant des métiers du transport.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *