AMO : Plus de 199.000 dossiers dentaires remboursés par la CNSS en 2017

AMO : Plus de 199.000 dossiers dentaires remboursés par la CNSS en 2017

Le nombre de dossiers dentaires remboursés en 2017 par la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS)  dans le cadre de l’assurance-maladie obligatoire (AMO) s’est chiffré à 199.573 contre 191.455 en 2016.

Cela dit, le montant remboursé a baissé en passant de 129,46 millions DH en 2016 à 123,48 millions DH en 2017. Les soins dentaires ont représenté 86% de l’ensemble des dossiers dentaires remboursés en 2017 suivis par les prothèses dentaires (13%). On notera que le coût moyen par dossier a enregistré une baisse de 1,2% en passant de 632 DH à 625 DH en 2017. Il en va de même pour le coût moyen par bénéficiaire qui a baissé de 1% en s’établissant à 798 DH en 2017 contre 806 DH en 2016.  La fréquence des dossiers a enregistré une légère hausse de 0,3%. Quant au taux de remboursement, celui-ci  a progressé de 2%  en passant de  38 à 40%. Pour sa part, le taux de sinistralité a connu une légère augmentation en s’établissant à 2,6% en 2017 contre 2,3% en 2016.

Il est important de rappeler que depuis janvier 2015, le panier des soins  a été élargi pour couvrir les soins dentaires et ce pour l’ensemble des bénéficiaires sans condition d’âge. A noter que les prestations remboursables concernent les soins dentaires (extractions, traitement des caries..), les prothèses dentaires fixes et mobiles, l’orthopédie dento-faciale (ODF) pour les enfants jusqu’à l’âge de 16 ans sur accord préalable de la CNSS. En revanche, sont exclus : les reprises de traitement, les renouvellements de prothèses, les actes esthétiques (blanchiment…), les actes de parodontologie (implantologie…). Le taux de couverture AMO est fixé à 70% de la tarification nationale de référence. Il est de 90% de la tarification de référence pour les maladies graves et invalidantes nécessitant des soins de longue durée ou particulièrement coûteux lorsque les prestations y afférentes sont dispensées dans les établissements publics. Pour 80% des ALD graves ou invalidantes nécessitant des soins de longue durée ou particulièrement coûteux, la CNSS a mis en place un système d’exonération partiel ou total de la part des frais restant à la charge de l’assuré.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *