Amr Moussa dénonce l’ingérence iranienne dans les affaires arabes

Amr Moussa dénonce l’ingérence iranienne dans les affaires arabes

La Ligue arabe se joint à la position du Royaume du Maroc pour dénoncer l’ingérence iranienne dans les affaires arabes. Cette ingérence, à l’origine de la rupture des relations diplomatiques avec la République islamique d’Iran, est ouvertement dénoncée par le secrétaire général de la Ligue arabe. Commentant, mardi au Caire, la décision du Royaume de rompre ses relations diplomatiques avec l’Iran, Amr Moussa a réaffirmé l’engagement de la Ligue arabe à «défendre les intérêts des pays arabes de l’Océan au Golfe» face à l’ingérence iranienne. «J’ai suivi de près les déclarations de l’Iran et la décision marocaine et ses raisons, cela a suscité chez nous une grande inquiétude face à une telle ingérence dans les affaires arabes», a déclaré le premier responsable de la Ligue arabe. «Le secrétariat général de la Ligue arabe a transmis à l’ensemble des Etats arabes une note du Royaume du Maroc à ce sujet », a dévoilé Amr Moussa, qui a insisté sur l’exigence que l’Iran «respecte les intérêts» des vingt-deux pays arabes.
Parallèlement à la position de soutien de la Ligue arabe, le Royaume de Bahreïn a exprimé sa reconnaissance au Maroc pour ses positions «fraternelles  et nobles» à l’égard de Manama. Le ministre bahreïni des Affaires étrangères, Cheïkh Khaled Ibn Ahmed Ibn Mohamed Al Khalifa, a eu lundi un entretien téléphonique avec son homologue marocain Taïeb Fassi Fihri pour lui exprimer «la reconnaissance du Royaume de Bahreïn, gouvernement et peuple, au Royaume du Maroc frère, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, pour ses positions fraternelles et nobles soutenant  le Royaume de Bahreïn à tous les niveaux et en toute circonstance». Par la même occasion, le chef de la diplomatie bahreïnie a exprimé «la solidarité et le soutien total du Royaume de Bahreïn au Royaume du Maroc frère et sa condamnation des actes de la mission diplomatique iranienne à Rabat». «Le but de la présence des missions diplomatiques dans les pays d’accréditation consiste à rapprocher les peuples et les nations et à consolider leurs relations sur la base du respect mutuel et de la non-ingérence dans les affaires intérieures», a souligné le ministre bahreïni des Affaires étrangères.
Pour sa part, le président du Conseil de la Choura de Bahreïn (Parlement), Ali Bin Saleh Al-Saleh, a exprimé, mardi, à l’ambassadeur du Maroc à Manama la reconnaissance de son pays à Rabat pour son soutien à l’intégrité territoriale du Royaume de Bahreïn.
Ces réactions de reconnaissance interviennent au lendemain de la décision du Royaume du Maroc de rompre ses relations diplomatiques avec l’Iran.
Le soutien de principe exprimé par le Maroc au Bahreïn, considéré par un responsable iranien comme un «14ème arrondissement» de la République islamique, a été accueilli à Téhéran avec des formules et des actes qui font injure aux règles diplomatiques d’usage. «La démarche sélective sur laquelle s’est basée l’Iran pour réagir à la position solidaire et de principe du Maroc avec le Bahreïn dénote d’un manque de respect à l’égard des positions souveraines et légitimes du Royaume du Maroc», a récemment indiqué le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Taïeb  Fassi Fihri.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *