ANAPEC : le sens de la démesure

ANAPEC : le sens de la démesure

L’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC) vient d’envoyer un groupe d’une cinquantaine de Marocains vers l’Espagne et la France. Ces citoyens travailleront dans le domaine hôtelier et dans la restauration. C’est le troisième voyage de ce genre pour certains d’entre eux. A Euro-Disney, dans la région parisienne, ces Marocains avaient déjà fait leurs preuves. La direction de ce grand parc d’attractions de renommée internationale s’est dite très satisfaite des Marocains et de leur sérieux dans le travail. C’est du moins ce qu’affirment les responsables de l’ANAPEC. En fait, cette information pouvait facilement passer inaperçue si certains éléments n’avaient pas attiré l’attention de plus d’un. Tout d’abord, les responsables de l’ANAPEC ont consacré à cet événement une importante couverture médiatique. Une surmédiatisation pour ces groupes qui se dirigent vers l’Europe. Les reportages nous ont montrés des candidats heureux remplissant des imprimés à l’ANAPEC. Certains d’entre eux ont bien évidemment exprimé leur joie et leur satisfaction à pouvoir enfin quitter le Maroc en direction de l’Europe. Certains de ces immigrés sont également d’anciennes victimes d’Annajat. Par la suite, les voyageurs ont pris le car qui les a conduits vers leur prochain lieu de travail à des centaines de kilomètres de Casablanca. En outre, dans leurs déclarations, les responsables de l’ANAPEC ont également manifesté leur totale satisfaction pour la réussite de cette opération. « Les opérateurs économiques internationaux nous font entièrement confiance », aurait souligné en substance un des responsables de l’Agence. Il est tout à fait normal que des chômeurs soient contents de trouver un emploi, en Europe de surcroît. Rien n’est choquant, ni dans leurs déclarations, ni dans leurs joies, ni même dans celles de leurs proches. Mais quid des 80.000 victimes d’Annajat? Ce qui est sidérant en réalité, c’est la couverture surdimensionnée de cet événement qui ne fera jamais oublier la détresse et la ruine de centaines d’autres Marocains victimes du manque de professionnalisme (ou de la complicité!) de l’ANAPEC. En parlant de confiance, que pensent les victimes d’Annajat de ce dernier exploit de l’ANAPEC? Ces 80.000 Marocains, tous de jeunes citoyens en quête d’un avenir meilleur, ont fait confiance à l’ANAPEC. Qu’ont-ils eu en retour? Inutile de le rappeler, ce serait remuer le couteau dans la plaie. L’attitude de l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences est aisément compréhensible. Elle essaye à tout prix d’enterrer l’épisode d’Annajat en redorant son blason avec de la pacotille. Annajat, c’était du gros, alors que le recrutement d’une cinquataine de personnes n’est que du détail. Les Marocains ne sont pas dupes. Ils exigeront toujours des explications. Le gouvernement n’a pas le droit de faire comme si de rien n’était. C’est une question de principe. Sinon, justement, la confiance ne sera jamais rétablie.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *