Annan invité à revoir sa copie

Annan invité à revoir sa copie

La résolution 1513, adoptée mardi par le Conseil de sécurité de l’ONU, est un texte qui a une portée qui va au-delà des décisions expresses qui y sont annoncées. La résolution onusienne a certes annoncé une seule décision, à savoir celle de la prorogation du mandat de la Mission des Nations unies pour le Sahara (MINURSO) jusqu’au 31 janvier 2004, mais il est très important de considérer le fait qu’elle porte des messages implicites. D’abord, le texte ne fait aucune allusion au dernier plan Baker, ce qui signifie qu’au sein de l’instance onusienne, la position marocaine à l’égard des dernières propositions de l’envoyé personnel du secrétaire général a été tenue en compte. En effet, le Maroc a rejeté ce plan et a exprimé cette position directement à tous les membres du Conseil de sécurité à travers des missions diplomatiques dépêchées auprès des quinze capitales concernées. Deuxièmement, le Conseil de sécurité n’a pas fait mention du dernier rapport du secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, mais les quinze lui ont demandé de remettre au Conseil avant la fin du nouveau mandat de la MINURSO un nouveau rapport sur la situation. Ce qui pourrait être traduit comme une invitation au responsable onusien de revoir sa copie. Une décision qui prend en considération la réaction marocaine vis-à-vis du dernier rapport qui a fait preuve d’une partialité flagrante en faveur du plan Baker et d’un ton inédit dans les annales de l’ONU. Enfin, le troisième message contenu dans la nouvelle résolution est celui de la reconduction de l’antérieure (1495 du 31 juillet 2003), ce qui signifie une réaffirmation de l’exclusion de toute adoption d’un quelconque plan de règlement qui ne bénéficie pas de l’acceptation préalable des parties. Il s’agit donc d’une résolution qui soutient la position marocaine. D’ailleurs, le gouvernement marocain l’a saluée dans un communiqué officiel. Une position que le ministre délégué aux Affaires étrangères et à la Coopération, Taieb Fassi Fihri, a expliqué devant les représentants de la nation lors de la session réservée aux questions orales, tenue mercredi. Le ministre a affirmé qu’aussitôt le dernier rapport du secrétaire général de l’ONU sur le Sahara publié, le Maroc s’est adressé, conformément aux hautes instructions de SM le Roi, au président et aux membres du Conseil de sécurité, les invitant à assumer leur responsabilité devant les tentatives répétées d’imposer le nouveau plan et à éviter la dérive dangereuse qui menace les efforts de la communauté internationale. Le responsable diplomatique marocain, qui répondait à deux questions orales d’actualité portant sur le danger que représente le dernier rapport du secrétaire général de l’ONU, qui a tenté d’imposer une solution au Maroc, a rappelé également les communiqués publiés par le conseil de gouvernement et le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération au sujet de « l’opposition du Maroc à toute solution attentant à notre unité territoriale », ainsi que la mobilisation des partis politiques, des centrales syndicales et des différentes potentialités nationales pour défendre la position marocaine. S’agissant de la dernière résolution onusienne, il a indiqué qu’en se contentant d’adopter une décision « technique », le Conseil de sécurité a préféré ne pas entrer dans les considérations et les détails du dernier rapport du secrétaire général de l’ONU. Mieux encore, la résolution n’a aucunement fait état de ce rapport. En évitant d’adopter une résolution de fond ou inspirée des recommandations du rapport et en se contentant d’une simple prorogation technique de trois mois (du mandat de la MINURSO), le Conseil de sécurité a exprimé clairement la validité de la résolution 1495 adoptée le 30 juillet dernier, et partant son attachement à « une solution politique préalablement négociée et convenue d’un commun accord ». En conclusion, Taieb Fassi Fihri a souligné que « fort de ses droits légitimes et de son unanimité nationale, le Maroc est mobilisé derrière SM le Roi Mohammed VI, que Dieu l’assiste, et déterminé à défendre avec fermeté et foi ses acquis nationaux et à consolider son intégrité territoriale ».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *