Appel à la couverture des affections de longue durée

Les affections de longue durée (ALD) touche près de 2% de la population au Maroc.Un constat alarmant. Les malades sont confrontés non seulement à de lourdes prestations mais également à des lourdeurs administratives pour faire reconnaître leur maladie comme une ALD. Pour remédier à cette situation, des gastro-entérologues ont appelé samedi à Rabat, lors d’une rencontre sur «L’AMO et prise en charge des hépatites virales» à uniformiser la prise en charge des ALD. Cet évènement a été initié dans le cadre du 31ème congrès de la Société marocaine des maladies de l’appareil digestif (SMMAD). La persistance d’un ticket modérateur de 30% pour les malades qui dépendent de la Caisse nationale de sécurité sociale ( CNSS) est très pénalisante . A ce sujet, la représentante de la CNSS, Ihssane Loudii a indiqué qu’un projet de loi sur l’exonération du ticket modérateur grâce à une couverture complémentaire est en cours de réflexion. Selon Mme Loudii, la CNSS couvre actuellement 70% des prestations relatives aux maladies de longue durée y compris les hépatites virales. Le taux peut atteindre 90% lorsque les prestations sont dispensées dans les hôpitaux publics. Les autres organismes dont la Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale (CNOPS) et l’Agence nationale de l’assurance maladie (ANAM) ont également été conviés à prendre part à cette rencontre afin de faire avancer la réflexion sur la prise en charge des malades atteints de l’hépatite virale. Du côté de la CNOPS, Karima Nouni, représentante de l’organisme a indiqué les médicaments pour les hépatites virales sont couverts à 100% et 80% pour les bilans cliniques alors que les mutuelles assurent une complémentarité à un taux de 16%. Pour sa part, le représentant de l’ANAM, Naoufel El Malhouf a affirmé que dans le cadre de l’assurance maladie obligatoire (AMO), les hépatites virales sont prises en charge de la prévention (vaccination) jusqu’au traitement des complications ( cirrhose, transplantation hépatique).
Par ailleurs, le Professeur Abdellah Essaid El Feydi, président de la SMMAD a mis en exergue la prise en charge à 100% des ADL et appelle à établir un référentiel des différents médicaments et des soins relatifs aux maladies lourdes et chroniques. Pour rappel, plusieurs centaines de milliers de personnes au Maroc développeraient les formes chroniques d’hépatites B ou C.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *