Appel à la mise en place d’un plan d’action

Au Maroc, ils sont 200.000 personnes dont 70.000 enfants à être atteints d’autisme. Cette maladie constitue un problème sérieux de santé qui continue malheureusement à être négligé. «Les ministères de la Santé, du Développement social, de la Famille et de la Solidarité et de l’Education nationale négligent ce grave problème de santé publique», déplore M’Hammed Sajidi, président de l’Association Léa pour Samy avant d’ajouter que «ces ministères doivent travailler ensemble pour reconnaître la maladie et mettre en place un plan d’action».
Fidèle à son combat contre l’autisme, l’Association mène plusieurs campagnes de sensibilisation à travers les différentes villes du Royaume. Dans le cadre de sa troisième édition d’ «Autist-Act, 15 jours d’action pour combattre l’autisme au Maroc», qui a débuté le 7 juin et qui se poursuivra jusqu’au 21 juin, l’association a mené plusieurs actions afin de sensibiliser les citoyens sur la maladie. Des « rencontres de l’espoir » ont été organisées pour permettre aux parents d’enfants autistes de se rencontrer, d’échanger leurs expériences et de sortir de l’isolement. « A Tanger, la « rencontre de l’espoir » a permis à plus d’une vingtaine de familles d’exposer les difficultés que rencontrent leurs enfants. Cette démarche a été suivie dans plusieurs autres villes notamment El Hoceima, Oujda, Fès, Rabat, Casablanca, Marrakech, Agadir, Essaouira, El Jadida. «Cette campagne  s’achèvera le samedi 21 juin avec deux exemples en matière d’intervention auprès des enfants atteints d’autisme à savoir la Suède et la Belgique qui représentent les deux pays les plus avancés en terme de prise en charge de la maladie», indique M. Sajidi. Dans le cadre de cette campagne de sensibilisation, figurent la distribution de tracts mais aussi la projection d’un film intitulé «Autisme derrière le rideau» réalisé par Olivier Enogo. Tourné dans plusieurs pays, notamment en France, au Cameroun, en Belgique, en Angleterre, à l’île de la Réunion et aussi au Maroc, ce film met en exergue le caractère universel de l’autisme et évoque le parcours difficile de certains parents d’enfants autistes ainsi que les difficultés rencontrées par les professionnels de la santé. Cette manifestation se démarque par une opération de formation à l’analyse appliquée du comportement, destinée aux familles et aux professionnels de la santé pour une meilleure prise en charge de l’enfant atteint de troubles autistiques.
Les professionnels du corps médical doivent être formés aux outils du dépistage précoce qui est une nécessité dans ce cas. Ils doivent, ainsi, maîtriser les outils de diagnostic et être en mesure d’orienter le patient vers des médecins compétents si un retard de développement apparaît. «Il faut une réelle formation sur le dépistage précoce. Il y a un véritable manque de compétence de la part des médecins. Ce sont des personnes qui ne sont pas souvent ouvertes aux problèmes des malades.Le rôle du médecin est avant tout d’écouter le malade», souligne le président de l’association. Un diagnostic clair n’est pas à la portée de la majorité des praticiens marocains. Les parents sont même confrontés à des recommandations parfois contradictoires. Souvent dirigés vers des pédiatres, neurologues, pédopsychiatres, les parents éprouvent d’importantes difficultés à trouver des explications concernant les symptômes dont souffrent leurs enfants. «Il est encore temps pour le gouvernement de s’impliquer. Léa pour Samy continuera à se battre pour donner aux parents ce que l’Etat leur doit : le respect des droits de leurs enfants», conclut M. Sajidi.



L’association en bref


Créée en 2001 en France, l’association «Léa pour Samy – La Voix de l’Enfant Autiste» est une ONG d’envergure internationale qui agit pour la défense, la protection et l’intégration des enfants atteints d’autisme et de leur famille. Depuis 2003, l’association mène au Maroc des actions profondes de sensibilisation auprès des familles, des pouvoirs publics, des O.N.G, des médias et des professionnels de la santé. Présidée par M’Hamed Sajidi, un Marocain dont le fils Samy est lui aussi autiste, l’association compte aujourd’hui 14 antennes au Maroc, réparties sur le territoire marocain, ainsi qu’un réseau de classes spécialisées «FuturoSchool» au sein d’écoles publiques à Casablanca, Fès, Marrakech, El Jadida, Beni-Mellal et Oujda.
 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *