Après Tétouan, d’autres villes du Nord veulent récupérer leurs espaces publics

Après Tétouan, d’autres villes du Nord veulent récupérer leurs espaces publics

Ayant beaucoup souffert de la prolifération des marchands ambulants en particulier en été, la plupart des villes du Nord viennent de connaître le lancement d’une large campagne de lutte contre l’occupation du domaine public. Cette initiative est très appréciée par des représentants de la société civile et des simples habitants qui ont toujours appelé à l’intervention des autorités pour pouvoir faire face à ce fléau. Ils veulent s’inspirer de l’exemple de Tétouan, qui a été la première ville nordique à avoir réussi de récupérer ses espaces publics. D’autant plus que par la position de la Colombe blanche à proximité de Sebta, les autorités locales n’avaient pas la tâche facile pour faire face à la prolifération du phénomène des marchands ambulants de produits de contrebande. Elles ont pu grâce au soutien de toutes les parties concernées à libérer les espaces publics des différents types de squatteurs.

La lutte contre ce fléau s’est élargie à Chefchaouen et Asilah
Cette campagne vient de s’étendre efficacement à Chefchaouen, dont l’occupation du domaine public qui est généralement la cause de l’anarchie et la mauvaise humeur des piétons. Les autorités locales ont mené une opération coup de poing englobant les différentes zones intra-muros, parmi lesquelles la célèbre place d’Outa Hammam qui est prise d’assaut par des vendeurs ambulants à la longueur de la journée. D’autres sites naturels et historiques, dont la source Ras El Ma, sont la cible de cette opération. Cette initiative a commencé déjà à porter ses fruits par l’évacuation d’un certain nombre d’espaces publics des vendeurs à la sauvette.
Asilah n’est pas, elle-aussi, en reste. Les autorités de la ville viennent de mener une véritable chasse aux différents types de squatteurs des espaces publics. Elles ont opté pour l’avenue Hassan II pour le lancement de cette opération coup de poing. Cette avenue a commencé à être, depuis ces dernières années, envahie par les ferrachas, dont une partie a déserté le marché Anoual, que se trouve dans le voisinage. Les autorités locales ont pu libérer les lieux de ces ferrachas ayant porté préjudice aux commerces de la même avenue. Elles essaient de ramener une partie des vendeurs informels dans le marché Anoual, dont les locaux sont en dégradation constante. D’ailleurs, les habitants ont toujours appelé à remettre en état ces locaux.

Chasse aux loueurs de parasols à la plage municipale de Tanger
Cette saison estivale a débuté à Tanger par une chasse sans merci aux loueurs de parasols avec tables, chaises, …, particulièrement sur la plage municipale, et ce à la grande satisfaction des citoyens qui ont exprimé à maintes reprises leur mécontentement contre cette exploitation abusive du rivage. Cette chasse aux loueurs de parasols s’inscrivait dans le cadre de grands efforts déployés, depuis le début de cette saison estivale, en vue d’assurer la sécurité et la propreté d’été. Elle a été suivie par une opération d’évacuation de la corniche de Tanger des marchands à la sauvette et des pratiquants d’autres métiers estivants ayant l’habitude d’envahir les lieux pendant chaque saison estivale.
Cette initiative visait à aider la ville du détroit à retrouver son charme parmi les sites de choix des visiteurs nationaux et internationaux.
A l’instar de sa voisine Asilah, Tanger veut élargir cette opération coup de poing à d’autres zones urbaines, dont la prolifération des marchands ambulants risque de gêner la mobilité et la circulation et constituer une concurrence déloyale pour les commerces formels.

Articles similaires

1 Comment

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *