«Arab Reading Index 2016» : 59 heures par an… le temps que nous consacrons à la lecture

«Arab Reading Index 2016» : 59 heures par an… le temps que nous consacrons à la lecture

Le Haut-Commissariat au Plan (HCP) avait révélé en octobre 2014 dans son enquête nationale sur l’emploi du temps, que  les Marocains ne consacrent que   2 mn par jour à la lecture alors qu’ils passent 2h14 à regarder la télévision, soit 33,6% de leur temps libre.

Combien de temps les Marocains consacrent-ils à la lecture ? C’est à cette question qu’a tenté de répondre le rapport «Arab Reading Index 2016» réalisé par le bureau régional Mena du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et la Fondation Mohammed Bin Rashid Al Maktoum. Selon cette étude qui vient d’être publiée, les Marocains consacrent 59 heures à la lecture durant l’année. Le Maroc dépasse ainsi la moyenne dans le monde arabe qui est de 32,24 heures par an. Les Egyptiens accordent 61h par an à la lecture contre seulement 36h pour les Algériens.

A noter que cette étude s’est basée sur un questionnaire soumis à 148.294 personnes dans la région Mena.

Ce rapport  place le Maroc comme champion de la lecture de livres dans le Maghreb et deuxième dans le monde arabe avec environ 26 livres lus par an. Le Royaume devance ainsi l’Egypte (25 livres) ou encore l’Algérie (18 livres).  Pour sa part, le Liban arrive en tête avec 28,67 livres lus par an. A noter que la moyenne dans le monde arabe est de 16,08 livres lus annuellement.

lecture

Pour ce qui est des ouvrages en langues étrangères, les Libanais occupent la première place. Ils lisent en moyenne 11 livres par an (français et anglais). Après le Liban, on retrouve  les Emirats Arabes Unis (9 livres),  le Maroc et le Qatar (8), la Tunisie (7), le Yémen ( 3), la Mauritanie (2) et la Somalie (1).

Autre constat : le rapport note que la famille, les institutions éducatives et la société constituent les principaux piliers qui favorisent la lecture.  De manière générale, le rapport note en première position les institutions éducatives avec 52,02%. Viennent ensuite la famille (46,16%) et la société (36,56%). Au Maroc, la famille et les institutions sont les deux facteurs qui favorisent la lecture.

Les auteurs du rapport se sont intéressés à examiner les raisons qui peuvent amener les personnes à lire. La recherche d’informations  (18%), suivie du plaisir de lire (17%), la curiosité (16%) et l’ennui (12%).   

Rappelons que le Haut-Commissariat au Plan (HCP) avait révélé en octobre 2014 dans son enquête nationale sur l’emploi du temps, que les Marocains ne consacrent que 2 mn par jour à la lecture alors qu’ils passent 2h14 à regarder la télévision, soit 33,6% de leur temps libre. Auparavant une étude réalisée par le ministère de la culture avait indiqué que 50% des Marocains lisent entre 2 et 5 livres par an et un Marocain sur dix ne lit aucun livre. Une autre étude menée par le Centre des études sociales, économiques et managériales (Cesem) avait signalé que  chaque Marocain  dépenserait en moyenne 1 DH (0,1 dollar) par an pour l’achat de livres; alors que la moyenne mondiale est d’environ 25 DH (2,5 dollars).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *