Arganiculture – Fonds vert pour le climat : 39 millions de dollars pour le projet Dared

Arganiculture – Fonds vert pour le climat : 39 millions  de dollars pour le projet Dared

Parmi les objectifs ciblés par le projet, le renforcement de la résilience des communautés rurales et la réserve de la biosphère de l’arganeraie par la plantation de 10.000 ha de vergers d’arganiers avec des capacités de conservation des sols et d’eau de pluie.

Le projet soumis et financé est né suite à un processus de consultation des parties prenantes en impliquant 8 provinces et 31 communes rurales. Il est réparti sur six ans et nécessite 49,2 millions de dollars. Si la subvention de 39 millions de dollars est accordée par le Fonds vert, les 20% se feront en forme de cofinancement. Parmi les objectifs ciblés par ledit projet, le renforcement de la résilience des communautés rurales et la réserve de la biosphère de l’arganeraie par la plantation de 10.000 ha de vergers d’arganiers avec des capacités de conservation des sols et d’eau de pluie. Il permettra également de soutenir les organisations professionnelles des producteurs d’argane fruit et l’accès au marché, et promouvoir le renforcement des capacités des bénéficiaires ainsi que le partage et cogestion des forêts naturelles. De ce fait, les activités une fois réalisées contribueront à soulager la pression anthropique sur la forêt naturelle. Sur le volet amélioration des conditions de vie des membres des communautés, principalement les femmes, le projet se trace pour but d’améliorer les moyens de subsistance. Sur le volet environnemental, ce projet ambitionne de contribuer à la séquestration de 2,091,201 T.eq.CO2 d’ici 2030, en comparaison avec la situation actuelle.

evolution-cooperative-huile-argane

Organigramme chargé de l’exécution et entité de pilotage

La fiche de présentation du projet attribue à l’Agence nationale pour le développement des zones oasiennes et de l’arganier (Andzoa), la gestion du projet en hébergeant une Unité de gestion du projet (UGP). Cette unité coordonnera le suivi et la réalisation des actions du projet avec l’ADA et les autres partenaires.

L’UGP adoptera une approche intégrée et multisectorielle et sera axée sur la participation et l’engagement actif des bénéficiaires à tous les niveaux de prise de décision. Cette unité sera en charge, entre autres, de la coordination de l’ensemble des activités du projet, de l’organisation des activités du Comité régional de suivi (Cores) et du Comité local provincial (Colop), de la valorisation des résultats du projet et de la mise en œuvre de la stratégie de communication. L’UGP sera composée du personnel suivant : un coordinateur national du projet, un spécialiste en arboriculture/horticulture (arganiculture), un spécialiste en génie rural, un spécialiste en environnement, social et genre, un spécialiste en passation des marchés et gestion financière et un spécialiste en suivi et évaluation (S&E).

agence-pour-le-d%c2%82veloppement-agricoleLe rôle général de l’ADA en tant qu’entité accréditée est d’assurer la surveillance et l’assurance de la qualité. Ce rôle comprend: la supervision du projet, la supervision et la supervision de la mise en œuvre du projet, y compris la gestion financière;  l’achèvement du projet et la surveillance de l’évaluation.

Ce qui comprend aussi des rôles de supervision en matière de rapports et de gestion des connaissances. La fonction «assurance de projet» de l’ADA consiste à appuyer le conseil du projet en réalisant une surveillance et un suivi objectif et indépendant du projet.

Ce rôle garantit que les étapes de gestion du projet appropriées sont gérées et complétées. L’assurance du projet doit être indépendante.

Composantes du projet

Le projet Dared est réparti en trois composantes. La première est dédiée à la réalisation de l’arganiculture sur 10.000 ha. Elle consiste en la plantation de 10.000 ha, précédée d’un projet pilote sur 500 ha durant les deux premières années. La composante prévoit également une extension, sur 2.000 ha, des plantes aromatiques et médicinales (PAM), ainsi que la supervision, l’assistance technique des travaux et la formation et encadrement des bénéficiaires et ayants droit.

Les objectifs assignés à cette première composante sont : l’arganiculture sur 10.000 ha, la plantation de l’arganier en intercalaire avec les plantes aromatiques et médicinales, la plantation accompagnée et capacités et connaissances des bénéficiaires et ayants droit techniques renforcées et développées. La deuxième composante est focalisée sur l’appui aux initiatives de préservation de l’écosystème arganier.

evolution-adherentes-cooperative-huile-argane

Les porteurs du projet tendent à aboutir à une meilleure structuration de la filière avec des GIE créés et accompagnés ainsi que la valorisation des produits de l’arganier. Cet objectif émane des résultats d’une étude menée par l’Andzoa comme spécifié dans la présentation du projet. «En effet, le segment des agro-industriels et des sociétés de cosmétiques accapare l’essentiel de la valeur ajoutée générée par la filière de l’argane alors que celui des ayants droit est resté en marge de la dynamique et de l’évolution que connaît la filière en question. L’étude engagée par l’Andzoa a confirmé la nécessité de structurer territorialement l’aire géographique de l’arganeraie en périmètres de production homogènes sur les plans social et technique. Ladite étude a suggéré de mettre en place de modèles d’organisation des ayants droit à créer par périmètre ainsi que la formule de leur fédération en des GIE, tout en s’assurant de la viabilité technique, financière et économique de ces nouvelles institutions».

La troisième composante, quant à elle, se penche sur le renforcement des capacités et gestion des connaissances, co-management de la forêt naturelle de l’arganier et promotion de la recherche.

Principaux acteurs de la gouvernance-implantation

andzoaL’entité d’exécution de ce projet est l’Andzoa qui est responsable de la gestion du projet, y compris le suivi et évaluation et l’utilisation efficace des ressources de l’ADA. L’entité chargée de l’exécution est tenue de mettre en œuvre le projet conformément aux règles de l’ADA et aux politiques et procédures nationales en matière d’approvisionnement. Il s’agit notamment des exigences pertinentes en matière de garanties fiduciaires, de passation des marchés, d’environnement et de protection sociale, et d’autres normes de rendement. En droit, cela est assuré par un accord entre l’ADA et l’Andzoa pour régir l’utilisation des fonds. Les parties suivantes concluront des ententes avec l’Andzoa pour aider à la réussite de l’exécution des projets et sont directement responsables devant l’Andzoa comme indiqué dans les termes de leur accord: ABH SM, DRA SM et d’autres parties prenantes.

Le projet utilisera les manuels opérationnels de l’ADA et de l’Andzoa pour la gestion financière et les politiques d’approvisionnement. L’ADA et l’Andzoa disposent des mêmes manuels opérationnels pour les politiques d’approvisionnement. Pour exécuter des projets localement, l’Andzoa dispose d’un manuel opérationnel additionnel pour l’implémentation avec ses partenaires locaux. Ce manuel opérationnel est conforme à leur manuel d’exploitation et conforme au code des dépenses.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *