Arrestation de Naïma, domestique indélicate

«Je suis innocente, monsieur le président, je n’ai rien fait», crie Naïma en pleurs. Un chuchotement parcourt l’assistance de la salle n°8 de la Cour d’Appel de Casablanca. «Silence» leur demande le président qui appelle les cinq témoins à la barre. Ils prêtent serment et l’accusent de vol. Naïma baissa la tête sans piper mot. Aucun membre de sa famille n’est là pour la soutenir. Elle semble abandonnée à son sort. Non seulement aujourd’hui, mais depuis ses premières années lorsqu’il a quitté Chichewa pour devenir domestique chez une famille de Marrakech. Aujourd’hui elle a dix-sept ans. Sept ans de calvaire et de souffrance pour arriver à la pire des situations. La prison. Naïma passe trois ans chez une famille à Marrakech. Mais un beau jour, elle disparaît. Personne ne la recherche. Elle arriva à Casablanca où elle rencontra Zhor. Une quadragénaire cupide qui ne pense qu’à gagner de l’argent par n’importe quel moyen. Elle la prend sous tutelle et lui proposa de travailler ensemble. Naïma qui n’a que treize ans accepte. Mais que lui prépare l’avenir ? Zhor place Naïma chez une famille. Quelques semaines plus tard, c’est la surprise ! Naïma disparaît en emportant tout ce qui est précieux. Zhor se charga de la liquidation du butin. La première opération fut une totale réussite. Naïma retourne à son village, Chichewa. Personne ne lui demanda où elle était. Ce qui importe c’est l’argent. Elle versa plus de mille dirhams à son père. Ses parents voulant la marier à son cousin, elle refuse et rejoint Zhor, quatre mois plus tard. Lorsqu’elle était à Marrakech, Naïma avait une relation avec Abdelhak. Elle avait douze ans et elle l’accompagnait à son domicile pour faire l’amour. Il l’a déflorée. Naïma ne peut dévoiler cette réalité à sa famille. Son manège avec Zhor recommence de plus belle. La réussite de leurs opérations l’encouraga de plus en plus. Elle accumula déjà une dizaine de forfaits. Sa dernière victime fut une femme qui l’avait embauchée pour l’aider. Deux semaines plus tard, elle décida de passer à l’acte. Elle monta d’abord au deuxième étage, se faufila chez les voisins, s’empara d’un pantalon et des chaussures puis retourne chez ses employeurs, ouvre l’armoire, prend les bijoux en or et quitta l’appartement. Dans les escaliers, quand Ahmed, le voisin, lui demanda ce qu’elle emporte dans le sachet en plastique, elle essaya de s’enfuir. Il la saisit et appella la police. Naïma est condamnée à trois ans de prison ferme, alors que Zhor est toujours en fuite.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *