Arrestation d’un 18ème islamiste accusé de préparer des attentats

Ce suspect est Marocain, a-t-on ajouté sans plus de précision. A la mi-novembre, la police avait interpellé quinze islamistes marocains et deux belges. Ils ont été présentés mercredi au juge d’instruction anti-terroriste Abdelkader Chentouf à Salé, entourés par un impressionnant service de sécurité.
Ces comparutions, prévues par la loi, avaient été décidées le 24 novembre par un procureur du tribunal antiterroriste de Salé, El Hassan Houdaya. Ce dernier a inculpé et écroué les 17 jeunes dont 2 Belges d’origine marocaine que la police soupçonne d’être les "cerveaux" de ce réseau qui aurait entretenu des liens avec Al-Qaëda.
Une source policière a affirmé à l’AFP que presque tous les "prévenus avaient été filés durant plusieurs semaines avant leur arrestation". En outre, a ajouté cette source, des "indices communiqués" par la police belge à Rabat sur ses deux ressortissants ont "aidé" les enquêteurs.
Même si des zones d’ombre demeurent, comme par exemple l’absence d’explosifs ou d’armes, les enquêteurs soupçonnent le groupe d’avoir voulu commettre des attentats contre les intérêts américains et juifs dans le royaume et d’implanter Al-Qaëda dans les autres pays du Maghreb. Ce projet, selon un rapport de la police, avait été élaboré depuis la Belgique par un islamiste algérien, Khalid Abou Bassir.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *