Asilah : Un projet d’aide à la scolarisation des enfants handicapés mentaux

Asilah : Un projet d’aide à la scolarisation  des enfants handicapés mentaux

Les acteurs associatifs locaux et les simples zaïlachis apprécient cette belle initiative et demandent de la dupliquer en vue de faire face à l’absence des structures d’accueil et prise en charge des enfants souffrant de déficience mentale.

La société civile à Asilah se mobilise pour venir en aide aux enfants souffrant de déficience intellectuelle. A cet effet et à peine six mois après sa création, Bayt Asilah se prépare à mettre en œuvre un nouveau projet d’aide à la scolarisation des enfants en situation de handicap mental. Cette association a lancé au début du mois de juillet un avis d’inscription au profit de ces enfants. «Ce projet est l’initiative de tous les membres et sympathisants de Bayt Asilah, dont la majorité œuvre depuis plusieurs années dans le domaine socioculturel», indique son secrétaire général, Ibrahim Abourabai.

Longtemps attendu par les parents des enfants handicapés mentaux, ce projet est le fruit d’une convention de partenariat liant Bayt Asilah à l’Association Assadaka pour les enfants handicapés mentaux à Tanger qui dispose d’une longue expérience dans ce domaine. «Nous allons profiter bien évidemment de l’expérience de l’Association

Assadaka pour faire avancer notre projet qui se prépare à faire ses premiers pas. Nous avons au sein de notre bureau, et avant de nous lancer dans cette initiative, travaillé sur une enquête de terrain, réalisée par cette association partenaire à Asilah. Il en est ressorti que plus d’une cinquantaine d’enfants souffrent de troubles mentaux», dit M. Abourabai.

Les acteurs associatifs locaux et les simples zaïlachis apprécient cette belle initiative et demandent de la dupliquer en vue de faire face à l’absence des structures d’accueil et prise en charge des enfants souffrant de déficience mentale. «Les parents des enfants handicapés mentaux doivent se déplacer jusqu’à Tanger pour placer leurs enfants dans des structures d’accueil, dont les places sont très limitées. La plupart d’entre eux finissent par lâcher prise faute de moyens», regrette M. Abourabai.

Financé à 100% par des membres fondateurs et simples adhérents de Bayt Asilah, ce projet profite au début à quelque 24 enfants en situation de handicap mental, répartis en deux classes (de 12 élèves chacune et respectivement de moins et plus de 10 ans). Les responsables de cette association ont opté pour le système de parrainage individuel pour permettre aux adhérents ou simples sympathisants de prendre en charge un seul élève bénéficiaire de cette initiative. Situées au siège de cette association, composé du rez-de-chaussée et premier étage, «les deux classes seront en cours d’équipement selon les normes exigées pour ces cas d’élèves», souligne M. Abourabai.

L’Association Assadaka s’engage, selon les dispositions de la convention, à encadrer et former les futurs formateurs sélectionnés par Bayt Asilah, initiatrice de ce projet. «C’est le directeur du centre Assadaka qui s’occupe en personne de l’encadrement. Nous avançons selon l’agenda préétabli avec l’ouverture officielle des deux classes, prévue avec le lancement de la saison scolaire 2018-2019», ajoute M. Abourabai.

Créée en janvier 2018, Bayt Asilah a pour objectif de promouvoir les activités sociales et culturelles. Elle a été à l’origine du premier forum d’Asilah organisé il y a deux mois en hommage au journaliste et poète zaïlachi Mohamed El Bouanani.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *