Assassinat de l’épouse de De Klerk

« L’autopsie de mardi dernier a établi que (Marike de Klerk) avait été étranglée, et portait une blessure de couteau dans le dos », même si celle-ci n’a pas causé la mort, a indiqué à l’AFP un porte-parole de la police du Cap, Wicus Holtzhausen. Selon le chef médecin-légiste, le Dr Deon Knobel, la strangulation « est la seule et exclusive » cause de la mort, qui serait intervenue le matin du 3 décembre, près de 36 heures avant la découverte du corps dans l’appartement de Marike à Blaauwberg, un quartier aisé au bord de la mer au nord du Cap. Rien ne semblait manquer dans l’appartement qui ne portait aucune trace d’effraction de désordre, ni de lutte, et se trouve dans un complexe sûr et gardé, a souligné M. Holtzhausen, précisant qu’à ce stade, le mobile de l’attaque était inconnu, et que la police n’avait aucun suspect. Le Dr Knobel a indiqué que des analyses étaient en cours pour établir si Mme de Klerk avait subi une agression sexuelle. Marike de Klerk avait divorcé de Frederik de Klerk en 1998 après 39 ans de mariage, peu après que l’ancien président eut révélé une liaison avec Elita Georgiades, la femme d’un armateur grec, qu’il a épousée par la suite . Marike elle-même s’était fiancée en 1999 à un homme d’affaires de Johannesburg, mais la liaison avait tourné court. Frederik de Klerk, 65 ans, a été de 1989 à 1994 le dernier président du régime d’apartheid. Après les premières élections démocratiques de 1994, remportées par Nelson Mandela et le Congrès national africain (ANC), il est resté vice-président du gouvernement d’unité nationale jusqu’en 1996. De Klerk et Mandela ont été en 1993 co-lauréats du Prix Nobel de la Paix. M. De Klerk se trouvait mercredi en Suède pour assister aux célébrations du centenaire du Prix Nobel. Dans un communiqué publié à Pretoria via un porte-parole, il a dit avoir appris avec « choc et peine les circonstances de la mort tragique de (son) ex-épouse Marike ». « J’ai été informé que la police mène une enquête pour meurtre et j’espère qu’elle traduira dès que possible la ou les personnes impliquées en justice. Je m’apprête à retourner en Afrique du Sud au plus vite pour être auprès de ma famille », a indiqué M. de Klerk, père de trois enfants, Jan, Willem et Susan. Marike de Klerk avait été extrêmement éprouvée par son divorce. Elle connaissait Frederik de Klerk depuis l’université et s’était entièrement dévouée à sa carrière politique. Elle avait écrit deux livres depuis 1999: l’un autobiographique, « Marike: voyage à travers l’été et l’hiver » et un autre de conseils aux femmes divorcées.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *