Assia, six ans, victime d’abus sexuel

Assia est une mignonne petite fille de six ans. Innocente, elle s’adapte facilement à son entourage surtout à ceux qui lui font preuve d’amour et de tendresse. Brahim, un ami de la famille, fait partie de ces derniers : à chaque visite, il lui achète des bonbons, des jouets, l’entourant d’une attention tendre et affectueuse. Brahim est un vieux de 67 ans et père de neuf enfants. Son aîné, âgé de 38 ans est professeur de mathématiques. Lui, il dispose d’un magasin d’électroménagers situé au boulevard des FAR à Mohammédia. Un peu plus loin, se trouve la Kasbah un quartier populaire où habite la famille d’Assia. Un jour de février comme à l’accoutumée, vers 21h il rend visite à ses amis. Il gara sa Golf blanche et entre à la maison. Un quart d’heure plus tard, il en ressort. Assia le suit, l’implore de l’accompagner. Il lui ouvre la portière. Joyeuse et souriante, la fillette monta. Brahim démarre sans aviser la famille. Assia rigole, plaisante, chahute avec innocence. Brahim fait un tour en ville puis s’arrête devant son magasin « Descends ma petite » lui dit-il en l’embrassant. Il la prend par la main, la conduit vers la porte secondaire du local. Pleine de joie, Assia entre en courant, se dirige vers le bureau, saisit le téléphone. « Non, non ma petite, pose le téléphone et viens avec moi ». Assia s’approche de lui en sautant, en riant. Il l’embrasse sur la bouche et les joues. Elle se met sur ses genoux. Brahim n’est plus la personne sage, pieuse, sérieuse. Son corps a été électrisé vivement. Il commence à lui faire des attouchements, l’embrasser avec un grand plaisir. Elle ignore, elle l’innocente, que l’être humain qui l’embrassait s’est métamorphosé en un loup, enclin à assouvir sa faim en chair. Elle rit, l’embrasse, monte sur ses genoux, touche sa barbe blanche. Il essaie de la calmer, démarre. Mais, c’est une enfant bavarde qui s’est habituée à lui. Elle ne doit pas se tenir tranquille à côté de lui. « Tu te calmes ma petite », lui demande-t-il. Assia obtempère au vieux, se calme. Il lui enlève sa petite jupe, lui ôte son pantalon et slip. Il baisse son pantalon, mis la fillette sur son sexe. Assia bouge trop. Tout est un jeu pour elle. Dérangé, il la met à plat ventre. Elle sent passer quelque chose entre ses petites cuisses. Elle est calme. « Aïe », crie-t-elle par la suite. Brahim atteint son orgasme. Il se lève et boutonne son pantalon. Il sort du local avec la fillette. « Ne dis rien à ta mère « l’avertit-il. Vingt-deux heures trente minutes. Brahim descend de la voiture. Il raccompagne la fillette chez ses parents. Personne ne lui demande où ils étaient allés. Il retourne chez lui. Il prend un bain chaud et s’endort. Comme n’importe quelle mère, le sixième sens de Fatima l’alarme. Elle appelle sa petite Assia. « Qu’est-ce que tu as ma petite ». Fondue aux larmes, Assia lui relate toute l’histoire. La mère pleure. Elle avise le père. Le lendemain, la mère emmène la fillette à l’hôpital. Le médecin leur délivre un certificat médical attestant que la fillette présente « un hymen congestif et une petite déchirure ». Elle porte plainte. Brahmi a été arrêté et condamné à dix ans de réclusion criminelle. Un châtiment qui ne soigne jamais la grande blessure de la vie d’Assia

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *