Association Annahar des séropositifs: Fini les subventions !

Association Annahar des séropositifs: Fini les subventions !

L’association Annahar des personnes vivant avec le VIH/Sida ne bénéficiera pas  de subventions. Dans un communiqué publié mercredi, le ministère de la santé a indiqué «avoir informé de manière officielle l’association de l’expiration de la période de validité de la convention portant sur l’octroi d’un financement accordé aux ONG  par le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme (FMSTP) depuis 2007». 

Le ministère de  tutelle déplore que ce financement  réservé  exclusivement à la gestion des dépenses administratives de l’ONG  soit consacré aux frais d’hébergement. Le département de tutelle tient à souligner que depuis sa création, l’association Annahar a connu des conflits internes entre ses membres.

Deux plaintes ont été adressées au procureur du Roi à Casablanca au mois d’août dernier concernant de graves accusations de malversation et de mauvaise gestion. Ce conflit n’a pas épargné le siège de l’association qui a été vandalisé. Malgré ces conflits au sein de l’association, le ministère et le comité national de coordination du programme du FMSTP qui prévoit la  prise en charge des groupes les plus vulnérables, avaient décidé de maintenir le soutien accordé  à l’ONG jusqu’à fin décembre 2013. 

Il avait aussi été convenu d’accorder à l’association une dernière chance pour régler ce différend. Mais la situation ne s’est pas améliorée. En dépit des difficultés que connaît actuellement l’ONG, le ministère de la santé s’est engagé à poursuivre ses efforts pour accompagner l’association dans l’amélioration de la gouvernance de ses structures et à garantir aux personnes vivant avec le sida l’accès gratuit aux soins de base.

Rappelons que  l’association Annahar est la première ONG de ce type au Maroc. Regroupant des séropositifs, cette ONG vise à apporter un soutien aux personnes porteuses du VIH. Son objectif étant de   créer des activités génératrices de revenu en vue de permettre la réintégration des personnes vivant avec le VIH. L’organisation compte également œuvrer pour que la couverture sociale et médicale soit étendue aux séropositifs et aux malades du sida.  

Au Maroc, le ministère de la santé estime que la prévalence du VIH dans la population générale reste stable et à un niveau faible (0,11%).  Le nombre cumulé de cas de VIH/Sida déclarés de 1986 à fin octobre 2013 est de 8.040 cas. Quant aux estimations épidémiologiques de l’Onusida, celles-ci révèlent que le nombre de personnes vivant avec le VIH au Maroc serait de 30.000 cas. En se basant sur ces données, 74% des cas estimés ne seraient pas au courant de leur statut sérologique VIH.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *