Au moins 105 journalistes tués en 2010

Au moins 105 journalistes tués en 2010

Au moins 105 journalistes ont été tués dans l’exercice de leurs fonctions dans 33 pays en 2010, un nombre inférieur à celui de 2009, mais supérieur à celui de 2008, selon les statistiques publiées lundi par l’ONG Presse emblème campagne (PEC), dont le siège est à Genève. L’année 2010 a été légèrement «moins sombre» que 2009, au cours de laquelle 122 journalistes avaient trouvé la mort, en raison d’un massacre aux Philippines visant un candidat à des élections locales, explique l’ONG dans un communiqué. Le chiffre de 2010 est en revanche en hausse par rapport aux 91 journalistes tués en 2008. «La communauté internationale n’a pas encore trouvé les moyens de mettre fin» à ce phénomène, déplore le secrétaire général de la PEC, Blaise Lempen, cité dans le communiqué. «Des mécanismes efficaces pour enquêter rapidement et poursuivre les auteurs de ces délits continuent de faire défaut», regrette-t-il. Le Mexique, avec 14 journalistes tués dans les violents affrontements opposant les autorités aux cartels de la drogue, et le Pakistan, avec 14 journalistes tués, en majorité dans les zones frontalières de l’Afghanistan, ont été en 2010 les deux pays les plus dangereux pour les médias.Le Honduras s’est hissé au 3e rang du classement, avec neuf journalistes tués, suivi par l’Irak, sept journalistes assassinés.Parmi les pays les plus risqués pour les médias figurent toujours les Philippines (6 morts), ainsi que la Russie (5) et la Colombie (4).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *