Aya ouvre la voie à des milliers d’enfants obèses

Aya ouvre la voie à des milliers  d’enfants obèses

L’appel de Aya a été bien entendu par tous les Marocains qui se sont sentis responsables envers son cas. À seulement 12 ans, la petite fille souffre d’obésité morbide qui l’empêche de vivre normalement comme les enfants de son âge.

Aya, qui pèse environ 200 kg, est victime d’une maladie génétique liée à l’atteinte accidentelle et aléatoire du chromosome 15. Cette maladie rend les déplacements de la jeune fille très difficiles et interdit toute forme de socialisation. Refusée de son entourage et à l’école, la fillette n’est plus scolarisée depuis 3 ans. Ainsi, grâce à l’implication de Mohamed Guessous, chirurgien esthétique, qui s’est déclaré fin prêt à apporter son aide afin que Aya puisse retrouver une vie normale. Mohamed Guessous s’est rendu au domicile de la fillette pour apporter son aide à la famille.

Dans ce sens, M. Guessous souligne lors d’un point de presse organisé à Casablanca que «grâce à la mobilisation des médias et des internautes, j’ai pu me rendre sur place pour détecter l’état de la fillette, et j’ai rapidement fait appel aux associations pour constituer un staff multidisciplinaire pour que chacun apporte son savoir-faire et son expertise pour aider Aya jusqu’à ce qu’elle retrouve sa place à l’école et auprès de sa famille et ses proches». De ce fait, l’information a été relayée en masse sur les réseaux sociaux autour d’Aya et qui ont alerté d’autres intervenants, à savoir Hanae Bellahcen, présidente de l’association Prader-Willi Maroc, Rachida Laraqui, présidente du Lions Club Ribat al Fourssane, partenaire de Prader-Willi Maroc, et Amina Lahmil, vice-présidente du Lions Club Ribat al Fourssane. Toutes réunies autour de Mohamed Guessous, ces dames ont chacune promis d’assurer le suivi du cas de Aya et de sensibiliser à la gravité de la maladie qui impacte les enfants sur les plans médical et social.

En effet, l’association Prader-Willi Maroc annonce la création prochaine au Maroc d’un centre spécialisé pour l’accueil, l’éducation et la scolarisation des enfants atteints du syndrome Prader-Willi. «Un diagnostic précoce du syndrome Prader-Willi autorise une prise en charge efficace de la maladie et permet aux enfants concernés de vivre normalement et d’avoir une vie sociale satisfaisante», explique Hanae Bellahcen, elle-même mère d’un enfant atteint dudit syndrome.

Et de poursuivre : «Une fois déclarée, la maladie occasionne des troubles divers liés au surpoids excessif dès l’âge d’un an. Les enfants deviennent boulimiques et tètent ou mangent de manière continue, développant une addiction alimentaire qui a pour conséquence une trop grande prise de poids, ce qui constitue un obstacle majeur à l’autonomie et à la scolarisation».  «Un encadrement du comportement alimentaire des enfants est donc essentiel dès le plus jeune âge. Grâce à cela, mon fils, qui a maintenant 20 ans, a retrouvé un poids normal. Il a obtenu son baccalauréat et poursuit actuellement des études universitaires», a conclu Mme Bellahcen. Il est à mentionner que Mohamed Guessous a fait son entrée au sein de l’association Prader-Willi Maroc dont il assure désormais la présidence d’honneur. Cette association a pour mission de traiter les demandes d’aide pour des enfants obèses atteints du syndrome. Un comité médical et social reçoit et étudie chaque dossier afin de venir en aide aux plus démunis. L’association assure aussi le lien entre les parents et les services médicaux et cliniques.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *