Ayman Al Zawahiri appelle les terroristes d’Al Qaïda à cibler les intérêts français et espagnols au Maghreb

Ayman Al Zawahiri appelle les terroristes d’Al Qaïda à cibler les intérêts français et espagnols au Maghreb

Le Maghreb est devenu une cible prioritaire pour la nébuleuse terroriste d’Al Qaïda. C’est ce que vient de confirmer un nouvel enregistrement vidéo du numéro deux d’Al Qaïda, Ayman Al Zawahiri, diffusé jeudi 20 septembre sur Internet. Le lieutenant de Ben Laden a cité nommément le Maroc et a désigné comme cibles potentielles aux terroristes d’Al Qaïda dans la région, les intérêts français et espagnols. Ayman Al Zawahiri, a appelé à soutenir la branche nord-africaine du réseau terroriste et à «débarrasser» le Maghreb des Français et des Espagnols installés dans les anciennes colonies d’Afrique du Nord. «La récupération de l’Andalousie est un devoir pour la nation en général et pour vous en particulier», a dit le bras droit d’Oussama Ben Laden, qui a cité expressément le Maroc, en s’adressant aux agents d’Al Qaïda au Maghreb. «Vous ne pouvez le faire qu’en débarrassant le Maghreb islamique des fils de la France et de l’Espagne qui sont revenus dans les pays du Maghreb, a ajouté Zawahiri. Le numéro 2 de la nébuleuse terroriste a rendu, par la même occasion, un vibrant hommage aux «pères et grands-pères» des Maghrébins qui, selon lui, «ont versé leur sang pour chasser les Français et les Espagnols des anciennes colonies d’Afrique du Nord». «Soyez fidèles à votre religion, à la sunna de votre Prophète et au sang de vos ancêtres. Soutenez vos fils, les moudjahidine, contre les croisés et leurs enfants», poursuit Zawahiri dans une référence à «Al Qaïda au Maghreb Islamique». Les cibles sont marquées, la branche d’Al Qaïda en Algérie voisine s’est déjà mise à la tâche. Les bains de sang avec lesquels a renoué ce pays ces dernières semaines vont dans le sens de ce dernier appel. Au Maroc, la situation est sous contrôle. Le pays vient de ramener l’état d’alerte du niveau rouge décrété depuis début juillet, au niveau orange.
En effet, le ministère de l’Intérieur avait décidé, en fin de la semaine dernière, «à la lumière de l’évaluation du niveau actuel de la menace terroriste», de ramener le niveau d’alerte au degré intermédiaire (orange) prévu dans le Plan national d’alerte face à la menace terroriste (PAT).  Le ministère avait précisé, dans un communiqué rendu public, samedi 15 septembre, que «les autorités publiques, conscientes de la persistance de la menace terroriste dirigée contre notre pays, continueront leurs efforts pour prémunir le Royaume contre le danger terroriste et ce à travers la mise en œuvre d’un plan d’action reposant sur la mobilisation et le maintien d’un degré élevé de vigilance chez l’ensemble des intervenants dans le domaine de la sécurité». À rappeler qu’au début du mois de juillet des informations «convergentes disponibles» faisant état de menaces terroristes réelles, graves et imminentes visant le  Royaume. Ces informations ont amené les autorités marocaines à placer, depuis le 6 juillet 2007, le Plan national d’alerte face à la menace terroriste au niveau rouge. Il est à signaler que ce n’est pas la première fois que le Maroc est désigné comme cible par les dirigeants d’Al Qaïda. En juin dernier, une menace similaire a été véhiculée par le biais d’une bande vidéo. Cette nouvelle menace rentre dans la ligne directrice annoncée par l’organisation terroriste depuis que le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) algérien s’était placé sous la coupe d’Oussama Ben Laden en septembre 2006, en se rebaptisant «Al Qaïda au Maghreb islamique».


A. Zehraoui sera extradé d’Espagne

Abdellatif Zehraoui, islamiste soupçonné de terrorisme, sera extradé d’Espagne vers le Maroc. En effet, le gouvernement espagnol a approuvé, vendredi 21 septembre, l’extradition vers le Maroc de Abdellatif Zehraoui, 29 ans, soupçonné d’appartenir à une cellule du groupe radical Al Qaïda au Maghreb islamique. Pour rappel, Zehraoui avait été interpellé le 29 juin en même temps que trois autres Marocains, en Espagne, à Santa Coloma de Gramanet, près de Barcelone. Les quatre Marocains sont soupçonnés «d’appartenir à une cellule recrutant des islamistes radicaux pour les envoyer s’entraîner dans des camps  terroristes dans le Sahel», avait alors indiqué le ministère espagnol de  l’Intérieur. Il s’agit de Mohamed Laksir, 23 ans, Mohamed Akazim, 32 ans, et Moulay Lahoucine Miftah Idrissi, 27 ans. Les quatre hommes sont soupçonnés d’avoir recruté des combattants pour les activités d’Al Qaïda aux pays du Maghreb islamique, l’ancien Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC). Ils ont été placés en détention depuis juin dernier. Au Maroc, ils sont recherchés pour «appartenance à une association interdite ayant pour but la préparation d’attentats terroristes». Leur arrestation a été le fruit d’une enquête engagée en décembre 2005, après le démantèlement d’une structure terroriste au Maroc qui avait des ramifications en Espagne et des liens étroits avec des groupes salafistes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *