Baddou : «Le Maroc est sur la bonne voie»

Baddou : «Le Maroc est sur la bonne voie»

Jeudi 8 février 2007, Yasmina Baddou, secrétaire d’Etat chargée de la Famille, de l’Enfance et des Personnes handicapées a été l’invitée du  Lions Club Casablanca Doyen. Devant une pléiade de représentants d’ONG et de professionnels, la ministre istiqlalienne a fait un exposé autour du thème «Les nouveaux droits de la famille, un nouvel horizon pour le développement humain». Au début de son intervention, Mme Baddou a dressé un diagnostic de l’ensemble des chantiers mis en œuvre pour l’édification d’un Etat de droit. Elle a souligné à cet égard l’importance de la création, entre autres, du Conseil consultatif des droits de l’Homme (C.C.D.H), de l’Institut royal pour la culture amazighe, l’Instance équité et réconciliation (IER) et de Diwan Al Madalim. «Conscient de l’extrême importance de l’arsenal juridique pour la promotion et la protection des droits de l’Homme, le Royaume s’est ainsi engagé dans une dynamique de réformes pour l’édification d’une société moderne et démocratique», a t-elle poursuivi. Durant ces dernières années, le rythme des réformes s’est intensifié à travers notamment, l’élaboration de nouvelles lois : loi sur les partis politiques, nouveau code de la nationalité et projet de loi pour la lutte contre la corruption, entre autres. Cependant malgré les grandes avancées économiques et les nombreux chantiers ouverts, le Royaume souffre, néanmoins, d’un certain nombre de déficits sociaux qui entravent son développement.
«Selon les statistiques du Haut commissariat au Plan, le taux de la pauvreté est de 22% dans le monde rural contre 7,9 % dans le milieu urbain, 11 % souffrent de l’exclusion, 2 % de la population dans le milieu urbain vivent dans la précarité extrême», précise Mme.Baddou en substance.
Sur le plan éducatif, le taux d’analphabétisme est de 42,7 %. Le milieu rural est le plus touché par ce problème avec un taux de 60%. Pour affronter les défis de demain, le développement humain a été mis au centre des programmes nationaux. L’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) lancée par SM le Roi Mohammed VI en 2005 en témoigne. Cette initiative de grande envergure, qui place le citoyen au cœur de tout projet économique, social ou culturel, a mobilisé toutes les énergies de la nation. Ce qui a contribué à l’émergence d’une société civile de plus en plus dynamique dans tous les domaines (femme, enfance, droits de l’Homme, environnement…). Pour Mme Baddou, la question du développement humain est étroitement liée à la promotion des droits de la femme.
L’engagement du Royaume à promouvoir le statut de la femme s’est traduit par l’adoption, par le Parlement, en 2004, du nouveau code de la famille, qui fait du principe de l’égalité entre l’homme et la femme un des fondements de la société et un facteur d’épanouissement de la famille entière. Fondé sur les valeurs de l’Islam et les droits humains universels, ce code constitue une grande avancée au Maroc puisqu’il a permis la mise en place de politiques nationales pour le renforcement de la culture d’égalité entre les sexes et une forte participation de la femme à la prise de décisions aussi bien au travail qu’au foyer. «Le Maroc est sur la bonne voie, conclut la ministre, pour relever les défis futurs à savoir réduire la pauvreté, la précarité et l’exclusion sociale ainsi que l’instauration d’une dynamique pérenne en faveur du développement humain et du bien-être de la population».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *