Baisse du taux de l’abandon scolaire

Les travaux de la 12ème édition du Congrès national des droits de l’enfant se sont ouverts mercredi  au Palais des congrès à Marrakech sous la présidence de Son Altesse Royale  la Princesse Lalla Meryem. Initié sous le thème «La promotion des droits de l’enfant : quel rôle pour les acteurs locaux», ce congrès  se veut un forum de participation de tous les acteurs œuvrant dans le domaine de l’enfance ( départements gouvernementaux, société civile, institutions publiques, agences de coopération bilatérale …). «Cette édition intervient dans un contexte marqué par le couronnement du processus des congrès précédents concernant la réflexion, l’élaboration et le lancement de l’opérationnalisation du Plan d’Action national pour l’Enfance (PANE)», a indiqué Saïd Raji, directeur exécutif de l’Observatoire national des droits de l’enfant avant d’ajouter que «cette 12ème édition connaîtra le lancement d’une nouvelle phase en matière de gouvernance des questions ayant trait à l’enfance». Les travaux de ce congrès  ont porté sur l’évaluation du PANE, l’identification des priorités  et sur la consolidation des mesures pour la promotion des droits de l’enfant pour la période 2009-2010.
Au total, 3.367 enfants ont été retirés du travail en 2007 contre 2.752 en 2006. C’est ce qu’a indiqué Nouzha Skalli, ministre du Développement social, de la Famille et de la Solidarité lors du Congrès. Présentant le bilan du Plan d’Action  national pour l’enfance (PANE) au titre de la période 2006-2007, Mme Skalli a précisé que le nombre d’enfants en situation de risque de travail est passé de 4.745 en 2006 à 13.126 en 2007 soit une hausse de 176,63%. L’évaluation du PANE a été élaboré selon quatre axes à savoir la «santé», «l’éducation», «la protection » et «la participation». Sur le plan de la santé, la ministre du Développement social, de la Famille et de la Solidarité  a relevé une amélioration concernant la promotion de la santé de la mère et de l’enfant. Ainsi, le taux de mortalité infantile a baissé en passant de 40 pour1000 en 2004 à 39,4 pour 1000  en 2006. Par contre, le taux des accouchements en milieu surveillé a augmenté de 55,8% en 2005 à 59,4% en 2007. Un guide de référence et de formation sur les normes et standards de prise en charge clinique, psychologique et sociale des femmes et des enfants, victimes de violence en 2007 a été élaboré. En outre, 18 cellules de prise en charge des enfants victimes de violence ont été aménagées.
Concernant l’éducation, plusieurs mesures ont été prises, en l’occurrence la révision des programmes scolaires de manière à promouvoir la culture de la citoyenneté, les droits de l’Homme, de l’égalité et de la non-violence.  A noter que 154.000 élèves ont pu bénéficier du programme de soutien scolaire en 2006-2007 contre 133.000 en 2005-2006. Grâce au programme de lutte contre l’abandon scolaire il a été enregistré une baisse en passant de 267.000 élèves en 2004 à 216.000  élèves en 2006. Il en va de même pour le taux de déperdition scolaire qui a enregistré une légère baisse de 5,7 %au titre de l’année 2006-2007 à 5,4% durant l’année 2007-2008. Le nombre des bénéficiaires de l’éducation non formelle est passé de 34.296 personnes en 2006 à 36.518 en 2007.
Pour ce qui est de la protection de l’enfance, Mme Skalli a fait savoir que quatre unités de protection de l’enfance vont voir le jour à Tanger, Fès, Agadir et Oujda. Deux unités ont déjà été mises en place à Casablanca et à Marrakech. Il a été procédé également à la création d’une unité mobile d’assistance sociale (SAMU) à Casablanca alors qu’une autre est en cours de réalisation à Martil. A ceci s’ajoute, la construction à Meknès d’un centre pour enfants abandonnés handicapés, d’une capacité d’accueil de 100 enfants et qui sera inauguré en juin prochain. Rappelant la convention quadripartite relative à l’éducation des enfants en situation de handicap, Mme Skalli a indiqué que le nombre de classes intégrées créées a enregistré une hausse de 33,51 % (247 classes en 2007 contre 185 classes en 2006).
Concernant le dernier axe du PANE, à savoir «la participation», la ministre a mis en exergue la mise en place du Parlement de l’enfant qui est chargé de  mener des actions de plaidoyer auprès des différentes institutions et autorités concernées par l’enfance. Vingt et un  conseils municipaux pour enfants ont été créés entre 2004 et 2006.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *