Banque de données sur la Résistance

Les participants à l’Université d’été sur le thème de la Révolution du Roi et du Peuple, tenue, récemment, à Rabat, ont souligné la nécessité de créer une banque de données sur l’Histoire de la Résistance au Maroc. Les participants ont insisté sur la nécessité de sauvegarder les données recueillies sur cet événement de grande importance dans l’Histoire du Maroc et de procéder à son archivage, estimant que l’Histoire de la résistance nationale n’a pas encore été écrite dans toutes ses facettes et détails et que ce genre de rencontres constitue une opportunité pour apporter les corrections et les compléments nécessaires. Ils ont particulièrement mis l’accent sur l’intérêt de collecter et de rassembler toutes les données et témoignages oraux sur la Résistance que tous ceux qui sont encore en vie, parmi les résistants et les membres de l’armée de libération ou leurs familles, peuvent apporter. Le Haut-commissaire aux anciens résistants et anciens membres de l’armée de libération, Mustapha Ktiri a indiqué, à ce sujet, que son organisation a procédé, dans le cadre d’un programme commun avec la première chaîne de télévision nationale (TVM), à l’enregistrement de 850 témoignages dans toutes les régions du Royaume (280 heures) et que l’effort est porté actuellement sur la méthode à adopter pour une meilleure exploitation de ces données. Le Haut-commissariat, a-t-il ajouté, tente aussi, dans ce cadre, d’établir une coopération avec un Institut libyen spécialisé dans les études historiques et que les données rassemblées jusqu’à présent sont assez importantes pour permettre la création d’une banque de données relatives à la Résistance nationale et constituent une matière première appréciable pour la préparation d’une encyclopédie sur la Résistance dans tous ses aspects. Il s’est déclaré optimiste que ce projet verra le jour avant la création de l’ « Institut des études historiques », un projet fin prêt qui a reçu l’accord de principe du gouvernement. Les futures étapes de ce projet, a-t-il ajouté, dépendent des résultats des travaux d’une commission scientifique qui se réunira, le 7 octobre prochain, pour définir la méthode de traitement et de gestion des données historiques disponibles. M. Ktiri a invité les chercheurs et les acteurs dans ce domaine à apporter leur contribution au volet concernant l’archivage des données sur la Résistance et rappelé l’appel lancé, dans ce sens, à des compétences universitaires pour participer à ce projet. « La Révolution du Roi et du Peuple: origine et prolongement » est le thème principal de cette université d’été qui a pris fin vendredi dernier.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *