Bassir : «Moukawalati est déjà un grand succès»

Bassir : «Moukawalati est déjà un grand succès»

Aujourd’hui Le Maroc : Quel bilan peut-on faire un mois après le lancement officiel du programme «Moukawalati» ?
Youssef Bassir : Les guichets de «Moukawalati» ont été inaugurés officiellement le 1er juillet 2006. Mais nous avons commencé à recevoir les porteurs de projets depuis le mois de mai dernier, juste après le lancement de la campagne publicitaire. Il y a eu en fait 230 inscrits entre mai et juin derniers au guichet de la Chambre de commerce, d’industrie et de services à Casablanca, c’est-à-dire avant l’inauguration des guichets. Sincèrement, nous ne nous attendions pas à recevoir autant de monde en si peu de temps. Aujourd’hui, le nombre des candidats inscrits a atteint les 700. Ce qui dépasse de loin notre objectif. Le programme «Moukawalati» s’attendait en fait à recevoir 600 projets pour la période 2006-2008. Mais face à cette forte demande, nous avons été obligés d’augmenter l’effectif des guichets et d’envoyer d’autres accompagnateurs en formation. Nous n’étions, en effet, pas prêts à recevoir autant de personnes. Ce qui est sûr à présent, c’est que notre objectif sera certainement doublé.

Autant qu’accompagnateur, vous êtes en contact direct avec les porteurs de projets. Quelle est justement la nature des projets sélectionnés ?
Les projets que nous recevons sont très différents les uns des autres. Ils sont variés, pertinents et très intéressants aussi. Les jeunes que nous accueillons dans les guichets de «Moukawalati» débordent de créativités et d’idées. Il est évident que nous avons des compétences. Malheureusement, je ne peux rien dévoiler sur leurs projets. Nous sommes tenus à respecter le secret professionnel, et ce pour le bien des candidats. Tout ce que je peux dire c’est que le guichet de la Chambre de commerce, d’industrie et de services a déjà présélectionné 80 dossiers.

Est-ce que le rôle du guichet et de l’accompagnateur s’arrête avec cette pré-sélection ?
Notre rôle est d’accompagner le porteur de projet jusqu’au bout même si le dernier mot revient en fait au Centre régional d’investissement. Le CRI étudie tous les projets sélectionnés par le guichet et ne garde à la fin que les meilleures idées, c’est-à-dire celles qui ont toutes les chances d’être bancarisées. Une fois la sélection définitive terminée, l’accompagnateur se charge de la partie formation. Nous formons les candidats pendant cinq semaines. Pour l’instant, nous ignorons encore combien de projets sur ces 80 ont été validés. En attendant, le guichet d’appui organise des journées de sensibilisation au profit des futurs entrepreneurs, au sein même de la Chambre de commerce, d’industrie et de services. La première journée, qui s’était déroulée en juin dernier, avait réuni une vingtaine de jeunes candidats. La seconde est prévue le 1er août prochain.

Quel est le profil des porteurs de projets que vous avez reçu jusqu’à ce jour dans votre guichet ?
Il y a autant de jeunes que de moins jeunes et autant de filles que de garçons. Nous n’avons pas encore fait des statistiques dans ce sens, mais d’après ce que j’ai pu constater, toutes les personnes répondant aux conditions d’accès sont intéressées par le programme «Moukawalati». Il y en a celles qui sont motivées et qui croient en leurs projets et il y a les autres qui n’ont, en fait, qu’un seul objectif, avoir les 250 000 dirhams.

Est-ce que vous avez suivi une formation pour accompagner ces jeunes porteurs de projets ?
Nous avons en effet suivi une formation avant le lancement de «Moukawalati» afin de mieux encadrer et accompagner les porteurs de projets. Cette formation, assurée par l’OFPPT et l’ANAPEC, a duré 22 jours. Ce fut une expérience enrichissante. Les accompagnateurs ont appris à vérifier la viabilité et le réalisme du projet ainsi que la constitution d’un business plan. C’est grâce à cette formation que nous pouvons aujourd’hui distnguer un bon d’un mauvais projet. 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *