Battues administratives à Tanger: 86 sangliers tués depuis le lancement de la saison

Battues administratives à Tanger: 86 sangliers tués depuis le lancement de la saison

La traque aux sangliers vient d’être lancée à Tanger. A cet effet et pour faire face à la prolifération de cette espèce animale forestière, la Direction provinciale des eaux et forêts et de la lutte contre la désertification (DPEFLCD) de Tanger-Asilah organise, depuis le 17 octobre dernier, et en partenariat avec la wilaya de Tanger-Tétouan, une série de battues administratives particulièrement dans des forêts urbaines de la ville.

«Six battues administratives sont organisées jusqu’à présent avec le soutien des autorités locales et provinciales ainsi que les Forces auxiliaires. Ces opérations collectives, auxquelles prennent part des associations locales de chasse et des autres zones de Tétouan et Chefchaouen, s’assignent pour objectif principal de réguler les effectifs de sangliers à Tanger», indique Rachid Chebihi, directeur provincial des eaux et forêts de Tanger-Asilah.

Ce responsable poursuit que sa direction organise ce genre de battues administratives généralement en cas de prolifération de sangliers et sur la base des plaintes des habitants lésés dans les deux provinces de Fahs-Anjra et Tanger-Asilah. Concernant cette nouvelle campagne (2015- 2016), «nous organisons jusqu’au 28 février 2016 des battues dans les  forêts urbaines de Tanger, où nous avons constaté une prolifération de sangliers», souligne M. Chebihi.
Il est à noter que les six battues administratives organisées jusqu’à présent (dans les forêts urbaines de Jbel Kebir, R’milat, Mediouna, Sloukia et Cap Spartel) ont fait état de quelque 86 sangliers tués.

Grâce à leur position géographique et leur climat, ces cinq forêts urbaines sont parmi les zones les plus riches en cette espèce animale, entraînant dans certaines périodes la prolifération de ces animaux forestiers, jugés occasionnellement nuisibles. Parmi les deux facteurs principaux favorisant cette prolifération des sangliers, figure leur grande fertilité et dont la laie pouvant donner naissance de dix à douze petits marocains. La disparition complète, depuis des lustres, des prédateurs des zones forestières de la ville contribue à l’intensification de ce phénomène à Tanger.

Il est à rappeler que la prolifération des sangliers continue de faire fuir les citoyens de certains parcs forestiers parmi les plus fréquentés de Tanger, dont celui de R’milat.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *