Benaissa : La visite royale à Washington est très positive

La visite de SM le Roi Mohammed VI aux Etats-unis a permis à la partie américaine de connaître de près la direction marocaine en la personne de SM le Roi, a affirmé le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Mohamed Benaissa.
Dans un point de presse jeudi à Rabat à l’issue de la réunion du conseil de gouvernement, tenu sous la présidence du Premier ministre, M. Abderrahmane Youssoufi, le ministre de la culture et de la communication, Mohamed Achaâri a souligné que M. Benaissa a fait un exposé devant le conseil sur la visite royale aux Etats-Unis. Il a rappelé que celle-ci a été marquée par d’intenses entretiens avec le président américain George W. Bush, les hauts responsables américains de la Défense, des Affaires étrangères, du commerce et de l’énergie, ainsi qu’avec des membres du Congrès américain, des organisations et d’autres personnalités américaines.
Cette visite, poursuivit M.Achâari, a inauguré une nouvelle étape dans les relations maroco-américaines et a permis de consolider davantage les liens de coopération et d’amitié entre les deux pays. Elle a également permis à la partie américaine de connaître de près la direction marocaine qui, en la personne de SM le Roi Mohammed VI, jouit d’une grande considération notamment pour ses positions et ses visions stratégiques sur les plans national, arabe et africain.
La visite royale, a indiqué le ministre, a constitué également une occasion pour souligner à la partie américaine l’importance stratégique du Maroc et son rôle sur les scènes arabe et internationale. En somme, elle a été marquée par un bilan important concernant la question de l’intégrité territoriale du royaume, l’accord de libre-échange entre le Maroc et les Etats-unis, la paix au Moyen-orient et la défense des causes arabes avec en premier lieu la cause palestinienne. M. Benaissa a rappelé dans son exposé la visite royale à New York et les discussions que SM le Roi a eues avec M. Kofi Annan, secrétaire général des Nations unies, notamment sur la question de l’intégrité territoriale du royaume et sur la paix au Moyen-orient.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *