Berlusconi courtise sa femme à Marrakech

Berlusconi courtise sa femme à Marrakech

Mardi 18 juillet 2006. Aux environs de midi, un jet privé foulait le tarmac de l’aéroport Ménara de Marrakech. A bord, sept femmes, quatre robustes gardes du corps et un photographes privé. Les passagères de ce jet privé n’étaient autres que les copines de Veronica Berlusconi, la femme de Sivio Berlusconi, celle qui a convaincu récemment son mari à faire un lifting autour des yeux. Le but de ce voyage peu ordinaire était justement de faire une grosse surprise à l’épouse Berlusconi pour son anniversaire.
Les sept femmes, leur photographe ainsi que leurs gardes du corps sont installés à Dar Soltana où elles ont eu tout le loisir de préparer la réception et la mise en scène devant l’accompagner. De son côté, Veronica Berlusconi, loin de se douter de trouver ses amies dans un cadre aussi exotique, est arrivée le même jour avec son fils, à bord d’un jet privé. C’était un voyage préparé l’avance. L’accompagnateur marocain, Abdellah Benomar, parfait connaisseur de la langue italienne, la conduit directement au dernier étage du Café de France, terrasse qui était réservée pour l’occasion.
Seule une table située à l’écart était occupée par sept femmes habillées en berbère avec le «ngab» de rigueur. Madame Berlusconi était en train d’admirer le coucher du soleil en dégustant le thé marocain, quand ces sept femmes se sont toutes levées, venant vers elle et faisant mine de la harceler.
Surprise et sur la défensive, l’épouse du propriétaire du Milan AC exige qu’on la laisse tranquille. Qu’elle ne fut sa surprise quand les «casse-pieds», en fait ses copines, découvrirent leurs visages. C’est la première surprise de cet anniversaire à la Hollywood.
Ensembles, Veronica et ses copines dînent à la Maison de Rospoli (même propriétaire que la Maison arabe). Le lendemain, mercredi, les huit femmes opèrent une descente historique dans la Médina de Marrakech raflant sur leur passage babioles et parures. Un déjeuner somptueux au Palais Hroll, là où sont venues plusieurs stars dont Johnny Hallyday viendra conclure cette belle matinée entre copines.
Vers 18 heures, le même jour, Silvio Berlusconi, de mèche avec les copines de sa femme, débarque à son tour à Marrakech, lui aussi à bord de son jet privé. L’ancien président du conseil italien se rend ensuite à Dar Marjana, en gandoura bleu, visage masqué au milieu d’une troupe de Gnaoua.
Sa femme qui était installée avec ses copines à une table bien en vue n’a pas remarqué de différence singulière entre cet artiste qui dansait, tenant en main un mouchoir bleu et les autres. Tous dansaient au rythme de la musique. Par la suite, Veronica qui avait du caractère, fut franchement dépitée en voyant le danseur multiplier les signes de main et les appels de pied vers elle.
Son sang ne fit qu’un tour quand l’artiste, exécutant un petit saut guerrier, vient se mettre devant elle, l’invitant à danser. Elle le repoussa de toute ses forces. La musique s’arrêta d’un seul coup. Dans la salle, devenue soudain silencieuse, les visages de la plupart des convives des autres tables virèrent au vinaigre. Un serveur fit mine d’appeler les videurs. C’est alors que l’homme à la Gandoura avança encore plus vers Veronica, découvrant un collier de diamant en chantant en italien : «bon anniversaire, mon amour». Il fallait voir à l’instant la salve d’applaudissements qui a envahi la salle de restaurant de Dar Marjana. Une belle et fine farce.
Après une nuit de fête, les Berlusconi et leurs amis s’offrirent encore au regard des Marrakchis le jeudi matin, dans le marché de la Medina. Une longue halte au bazar la «Porte d’Or», là où Bill Clinton et sa famille sont venus quelques années plutôt faire leurs emplettes. C’est dans ce seul endroit, que l’ex Premier ministre s’est laissé photographier à la demande du bazariste lui-même. Mais non sans exiger à ce que l’usage qui sera fait du cliché soit strictement privé. Les trois jet privés ont quitté Marrakech entre 17 et 18 heures. Les Berlusconi qui ont adoré les charmes de la ville ocre ont promis de revenir dans un mois. Gageons que ce sera pour un séjour moins mouvementé.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *