septembre 21, 2017

Bilan des accidents de la circulation: Des morts et des morts sur nos routes

Bilan des accidents de la circulation: Des morts et des morts sur nos routes

Le total des accidents de circulation au cours de l’année écoulée s’est élevé à 81.827 contre 78.864 en 2015, soit une augmentation de 3,76%.

Le nombre de morts sur nos routes a légèrement augmenté. Selon les statistiques provisoires des accidents de la circulation en 2016, le nombre de tués s’est élevé à 3.593 contre 3.565 en 2015, soit une progression de 0,79% ce qui représente 28 tués de plus que l’année précédente. Commentant ces chiffres, le directeur des transports routiers et de la sécurité routière, Brahim Baamal, fait remarquer qu’ il y a une diminution du nombre de décès si l’on prend en considération deux éléments importants, à savoir le parc automobile qui a augmenté de 5,61% en 2016 par rapport à 2015 (3.791.469 contre 3.590.218) et la hausse de la mobilité (les déplacements en voitures ayant augmenté). Ces statistiques font ressortir une progression de 3,36% du nombre de tués à 984 personnes en agglomération et une diminution de 0,15% à 2.609 en hors périmètre urbain.

S’agissant des accidents mortels, leur nombre est passé de 3.167 en 2015 à 3.163 en 2016, soit une baisse de 0,13%. En périmètre urbain, on note une hausse de 2,08% (934 contre 915). En revanche, ils ont diminué de 1,02% en périmètre hors urbain. Leur nombre est ainsi passé de 2.252 en 2015 à 2.229 en 2016.

Pour ce qui est des blessés graves, leur nombre est en régression. En effet, les chiffres du ministère de l’équipement , du transport et de la logistique font état de 8.950 personnes grièvement blessées en 2016 contre  9.957  l’année précédente, enregistrant un recul de 10,11%. Cette diminution de 1.007 blessés s’explique en partie grâce aux baisses constatées aux niveaux du périmètre urbain (-7,68%) et hors-urbain (-11,65%). En revanche, la plus forte hausse a été enregistrée chez les blessés légers. Leur nombre s’est chiffré à 109.304 en 2016 contre 103.628, soit une augmentation de 5,48%. Même tendance en agglomération et hors agglomération avec des hausses respectives de 6,34 et 3,67%.   

Ainsi, le total des accidents de circulation au cours de l’année écoulée s’est élevé à 81.827 contre 78.864 en 2015, soit une augmentation de 3,76%. En agglomération, le nombre des accidents est passé de 55.967 en 2015 à 58.546 en 2016 ( +4,61%). Cette évolution a été moins importante en hors agglomération avec 23.281 accidents contre 22.897 en 2015 (+1,68%).

L’indice de gravité en diminution

La gravité des accidents de la circulation est en nette diminution. Selon la direction des transports routiers et de la sécurité routière, celle-ci est passée de 23,47% en 2012 à 15,33% en 2016, soit une baisse de 8,14%. Autrement dit, 1 accident sur 6 est grave contre 1 sur 4 en 2012.  Celle-ci insiste sur le fait que les stratégies nationales de sécurité routière sont destinées à réduire de manière sensible le nombre de tués et de blessés graves. Durant la période 1996-2003, le nombre de tués avait enregistré une augmentation annuelle moyenne de 4,8%. Face à la recrudescence des accidents de la route, le Maroc avait mis en place la première stratégie nationale de sécurité routière (2004-2013). Selon le ministère de tutelle, cette stratégie a donné des résultats encourageants. En analysant l’évolution du nombre de tués entre 1996 et 2015, la direction des transports routiers et de la sécurité routière fait remarquer que le Maroc a réalisé des progrès qui ont permis de sauver près de 9.210 vies entre 2004 et 2013 et d’épargner des milliers de blessés graves et des milliards de dirhams sur la même période. «S’ il n’y avait pas de stratégie de sécurité routière, il y aurait eu une augmentation linéaire de 5% de tués chaque année. Si l’on prend en compte l’année 2015, nous serions à 6.476 tués en l’absence de stratégie contre 3776 tués. Grâce à la stratégie nationale de sécurité routière, 2.700 vies ont été sauvées», signale Brahim Baamal, directeur des transports routiers et de la sécurité routière. 

Signalons que la nouvelle stratégie nationale de sécurité routière 2016-2025 devrait réduire sensiblement le nombre de morts sur nos routes en renforçant davantage le contrôle routier. Cette nouvelle stratégie a pour objectif de réduire de 25% le nombre de décès au cours des cinq prochaines années et de 50% à l’horizon 2025. L’analyse des statistiques de l’accidentologie ont permis de dégager 5 priorités dans le cadre de cette stratégie,  à savoir les piétons (992 décès, 28% de l’ensemble des tués), les «2 et 3 roues motorisées» (852 décès, 24% de l’ensemble des tués), les accidents impliquant un seul véhicule (545 décès, 16% de l’ensemble des tués), les enfants de moins de 14 ans (356 décès , 10% de l’ensemble des tués), le transport professionnel des taxis, autocars et bus (305 décès, 8,7% de l’ensemble des tués).  Quant aux plans d’actions, ceux-ci reposent sur 5 piliers: la gestion de la sécurité routière, des routes plus sûres, des véhicules plus sûrs, des comportements plus sûrs des usagers de la route et réponse après l’accident.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *