Bilan des accidents de la route en 2018 : 3.485 morts et 96.133 accidents

Bilan des accidents de la route en 2018 :  3.485 morts et 96.133 accidents

L’objectif de la stratégie nationale de la sécurité routière était de parvenir à une baisse de 4% des tués en 2018. Les chiffres du ministère de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau montrent bel et bien que cet objectif n’a pas été atteint.

La mortalité routière a légèrement baissé en 2018. L’analyse des statistiques de l’année 2018 comparées à celles de l’année 2017 fait ressortir une baisse de 0,40% du nombre des tués qui se sont chiffrés à 3.485 dont 893 piétons (26% de l’ensemble des tués) et 1.175 usagers des 2 et 3 roues (34% de l’ensemble des tués). Rappelons à ce sujet que l’objectif de la stratégie nationale de la sécurité routière était de parvenir à une baisse de 4% des tués en 2018. Les chiffres du ministère de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau montrent bel et bien que cet objectif n’a pas été atteint. Les derniers chiffres du ministère font état d’une légère régression (-0,62%) des accidents mortels qui se sont établis à 3.066. Il en va de même pour les blessés graves dont le nombre a diminué de 4,90% en s’établissant à 8.725. En revanche, les blessés légers ont enregistré la plus forte hausse (+7,65%) en se chiffrant à 128.249. Il faut aussi signaler que les accidents de la route ont été plus nombreux en 2018. Les statistiques révèlent une hausse de 6,82% des accidents qui se sont élevés à 96.133. On notera également que les accidents non mortels ont bondi de 7,08 % en s’établissant à 93.067.

Hausse de 34% des tués au mois de décembre

Le mois de décembre a connu une hausse spectaculaire du nombre de morts. Les statistiques provisoires nationales du mois de décembre 2018 révèlent une hausse spectaculaire de 33,99% des tués qui se sont établis à 339. Parmi les tués, on relève 92 piétons (27% de l’ensemble des tués) et 122 usagers des 2 et 3 roues (36% de l’ensemble des tués). Tous les autres indicateurs sont au rouge. Ainsi, le nombre des accidents mortels s’est établi à 295, enregistrant une augmentation de 26,61%. Pour ce qui est des blessés graves, leur nombre a atteint 717, un chiffre en hausse de 16,78%. Pour leur part, les accidents ont affiché une hausse de 19,57% en se chiffrant à 9.060. Il en va de même pour les accidents non mortels qui ont enregistré une augmentation de 19,35% pour s’établir à 8.765. Signalons également que les blessés légers se sont chiffrés à 11.732 représentant une hausse de 18,68%.

La gravité des accidents a reculé de près de 6 points

Durant la période s’étalant de 2014 à 2018, la gravité des accidents de la circulation a diminué. Selon la direction des transports routiers et de la sécurité routière, celle-ci est passée de 18,57% en 2014 à 12,70% en 2018, soit une baisse de 5,87% (voir graphique).

A ce sujet, le secrétaire d’État chargé du transport, Mohamed Najib Boulif, avait indiqué le lundi 11 février au Parlement que l’indice de gravité des accidents de la circulation a connu une baisse durant les cinq dernières années, contribuant à la baisse de l’indice de mortalité. Répondant à une question orale sur « les répercussions humanitaires des accidents de la circulation », posée par le Groupe socialiste à la Chambre des représentants, M. Boulif avait signalé que ces indicateurs positifs confirment que la Stratégie nationale de la sécurité routière 2017-2026 commence à porter ses fruits en matière de lutte contre les accidents de la circulation, notant qu’un budget de 3 MMDH a été alloué pour faire face aux problématiques liées à la sécurité routière. Selon le ministre, la hausse des accidents n’est pas seulement due à l’infrastructure et l’état mécanique des véhicules, mais principalement au comportement humain, à l’origine de presque 90 % des accidents au Maroc. Rappelons que la stratégie nationale de sécurité routière a pour objectif de réduire de 50% le nombre de tués à l’horizon 2026. L’analyse des statistiques de l’accidentologie a permis de dégager 5 priorités dans le cadre de cette stratégie, à savoir les piétons (992 décès, 28% de l’ensemble des tués), les «2 et 3 roues motorisées» (852 décès, 24% de l’ensemble des tués), les accidents impliquant un seul véhicule (545 décès, 16% de l’ensemble des tués), les enfants de moins de 14 ans (356 décès, 10% de l’ensemble des tués), le transport professionnel des taxis, autocars et bus (305 décès, 8,7% de l’ensemble des tués).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *