Bonne appréciation

Comment jugez-vous l’action des forces de sécurité marocaines dans leur lutte contre le terrorisme salafiste ? C’est sur cette question qu’a porté cette semaine le sondage de notre journal. 278 personnes ont livré leur appréciation. Ils sont 40,3 % à penser qu’elle est efficace, 27% à la trouver moyenne et 32,7% insuffisante.
Une bonne partie des sondés pense donc que les forces de l’ordre font efficacement leur travail dans le cadre de la lutte antiterroriste. Une lutte qui a commencé depuis les attaques-kamikazes du 16 mai de Casablanca qui ont fait une cinquantaine de morts et une centaine de blessés. Depuis cette date, la traque tous azimuts des criminels de la Salafia Jihadia s’est poursuivie sans relâche. Interpellations, interrogatoires et procès.
L’affaire récente de démantèlement d’une bande salafiste dans les banlieues de Fès et de Meknès qui a tourné à la confrontation armée montre que le combat n’est pas ordinaire. Il s’agit d’une véritable guerre que ces Taliban à la marocaine, déterminés à aller jusqu’au bout de leur folie meurtrière, ont décidé de livrer contre l’État et la société.
Les forces de l’ordre tentent de faire pièce aux menées terroristes d’une nébuleuse obscurantiste. Mais le danger est toujours en embuscade car nous sommes face à une hydre terroriste implantée dans différentes villes du Royaume. Cela dit, les forces de sécurité sont-elles mieux outillées pour déjouer les complots de ce nouvel ennemi et repousser ses assauts ? La police marocaine en particulier est connue pour assez sous-équipée pour mener à bien sa mission. D’où peut-être ce taux de 32%,7 des participants qui jugent insuffisante l’action des forces de sécurité. Il est incontestable que la police nationale en particulier a besoin de moyens accrus aussi bien humains, matériels que techniques pour faire face à cette menace réelle. Étant entendu que le combat efficace de réseaux terroristes organisés, armés et décidés à mourir et à donner la mort nécessite un autre dispositif autrement plus complexe que celui déployé habituellement dans la traque et la répression des bandes criminelles classiques. Cette nécessaire adaptation des corps de sécurité suppose une révision de leur méthode de travail et d’approche du phénomène terroriste intégriste. La mise à niveau technique au plan de la formation et de l’entraînement doit pouvoir être accompagnée d’un renforcement des moyens logistiques et humains avec la mise en place d’une politique de motivation de ces hommes valeureux qui risquent leur vie pour défendre celle des citoyens et assurer la stabilité du pays. Celle-ci ne se décrète pas, elle n’est pas une donnée immanente.
Elle se construit au jour le jour par la vigilance et l’engagement de tous. Face au danger terroriste qui guette le Maroc, il faut faire en sorte que la peur du gendarme soit plus forte que la tentation des criminels de la Salfia Jihadia. Pour cela, il est indispensable que les forces de l’ordre puissent incarner l’autorité affirmée et redoutée de l’État. Cette autorité que les sicaires du terrorisme salafiste cherchent justement à saper par tous les moyens pour semer la chienlit dans la société.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *