Boujdour: De nouveaux projets INDH programmés

Boujdour: De nouveaux projets INDH programmés

Ces projets doivent répondre aux véritables besoins des habitants, avoir un impact positif sur la population, viser des objectifs qui s’inscrivent dans la droite ligne des principes de l’INDH, et avoir une vocation sociale et une rentabilité justifiée et être capables de mobiliser les partenaires.

Ces derniers doivent également renforcer l’ingénierie sociale en matière de formation et renforcement des capacités, soutenir des actions à fort impact sur la population bénéficiaire, favoriser l’insertion des populations pauvres et vulnérables dans le tissu économique et social, et contribuer à la promotion des produits du terroir.

La date limite de remise des dossiers ayant trait aux propositions de projets dédiés aux collectivités locales, au groupement de communes, aux Chambres professionnelles, aux associations, aux coopératives et aux sociétés de personnes est fixée au 11 décembre 2015.  
Les porteurs de projets relatifs aux activités génératrices de revenus, qui ont déjà bénéficié de l’appui de l’INDH, ne pourront bénéficier d’un appui que deux années plus tard.

La Commission provinciale est chargée de l’étude et de la sélection des projets éligibles au financement de l’INDH, qui portent sur les activités génératrices de revenus, l’amélioration de l’accès aux services de base, l’animation sociale, culturelle, sportive, le renforcement des compétences locales et la bonne gouvernance, indique un communiqué de la préfecture de Boujdour.

Au niveau de la province de Boujdour, l’INDH a contribué à la création de quelque 333 projets. Ces projets accompagnent le développement économique et la croissance démographique de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra. D’ailleurs dans le cadre de la promotion de l’élément humain, quelque 380 millions DH ont été investis dans cette région entre 2005 et 2014 dans le cadre des différents programmes de l’INDH, dans le but d’améliorer la situation socio-économique des catégories vivant dans la précarité.

Cette période a été marquée par l’implication accrue du tissu associatif dans les projets INDH, l’émergence de nouvelles opportunités dans des secteurs jusque-là inexploités et l’adoption d’une approche novatrice de partenariat avec la société civile.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *