Brahim Chaoui : itinéraire d’un expert-comptable

Brahim Chaoui : itinéraire d’un expert-comptable

Etre un expert-comptable au Maroc, c’est un processus de longues études et d’expériences professionnelles. Le seul institut marocain qui forme en expertise comptable est l’ISCAE (Institut supérieur de commerce et d’administration). Pour y accéder, il faut un bac + 4 avec un diplôme d’Etat marocain (ISCAE, ENCG ou licence en sciences économiques) ou étranger ayant reçu l’équivalence.
Brahim Chaoui est un jeune qui a choisi de faire carrière en expertise comptable. Ce natif de Casablanca, en mai 1979, nous raconte le parcours qu’il a emprunté pour réaliser son rêve d’enfance. Frère jumeau de Mehdi Chaoui qui a participé à l’émission «Challengers Innovation » organisée par la deuxième chaîne nationale 2M, il a fait la majorité de ses études dans le groupe scolaire d’Anfa. Son parcours dans ce groupe s’est soldé, en juillet 1997, par un diplôme, le baccalauréat en sciences expérimentales.
La Tunisie était la destination qu’il a choisie pour poursuivre ses études. C’est ainsi qu’il a intégré l’INPEIT dans lequel il a passé une année de formation dans le cycle préparatoire aux études d’ingénieur. Son amour pour les chiffres l’a poussé de changer d’orientation. En effet, le passage à vide au sein de l’INPEIT ne l’a pas poussé à baisser les bras. Cependant, il a fait preuve d’intelligence en s’orientant vers le domaine où il pouvait donner le meilleur de lui-même. Il a donc intégré l’ISCAE de Tunis. Brahim Chaoui a rejoint cet institut pendant l’année universitaire 1998-1999.
A l’issue de quatre années d’études, il a décroché une maîtrise en sciences comptables. En regagnant le Maroc en 2002, il dépose sa candidature à l’ISCAE de Casablanca pour le cycle national d’expertise comptable. Après avoir réussi les épreuves écrites et orales, il intègre définitivement l’institut.
En parallèle à ses études, il a commencé son stage dans un cabinet d’expertise comptable. En septembre 2005, il a déposé sa notice de mémoire pour l’obtention du diplôme national d’expertise comptable. Le thème choisi était «L’interprétation comptable». Novembre 2006 était le mois au cours duquel Brahim Chaoui a soutenu son mémoire de fin d’études avec une mention très honorable. Désormais, il travaille au cabinet A.Saâïdi & Associés à Casablanca en qualité de manager. Il est aussi en cours d’inscription à l’Ordre des experts-comptables.
Selon Brahim Chaoui, seulement un tiers des 300 experts-comptables, qui exercent dans notre pays, sont diplômés du Maroc. Les jeunes lauréats préfèrent surtout intégrer, au début de leur parcours professionnel, les grands cabinets d’expertise comptable. Souvent, ils ne soutiennent pas leur mémoire et préfèrent travailler dans des entreprises comme DAF (Directeur administratif et financier) au lieu d’exercer à titre indépendant. Ce qui est d’autant plus incompréhensible que le nombre des experts-comptables marocains qui possèdent leurs propres cabinets  est très insuffisant.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *