Budget 2016: 714 millions de dirhams pour l’assainissement liquide

Budget 2016: 714 millions de dirhams pour l’assainissement liquide

Un budget de 714 millions de dirhams sera alloué pour le financement des projets d’assainissement liquide. Le PNA ambitionne d’atteindre un niveau de raccordement global au réseau de 80% en milieu urbain et de réduire la pollution d’au moins 60%. Notons que l’année 2015 a été marquée par le financement des projets d’assainissement liquide au profit de 85 villes et centres urbains avec une contribution budgétaire de 414 millions de dirhams. En termes de réalisations à fin 2014, le PLF souligne que le taux d’épuration des eaux usées a atteint 39% pour un parc de stations d’épuration (STEP) de 90 stations contre seulement 7% en 2005 pour un parc de STEP de 21 stations.

Pour ce qui est du programme national des déchets ménagers (PNDM), il est prévu pour  2016 de  poursuivre  la mise en œuvre de ce programme à travers le financement  de  projets à hauteur de 150 millions de dirhams. D’ici 2030, le taux de collecte professionnalisée doit atteindre les 100%. Depuis le lancement de ce programme, 19 décharges contrôlées ont été réalisées, 6 décharges sont en cours de réalisation et 23 décharges spontanées ont déjà été réhabilitées. Tous les centres urbains doivent s’équiper d’ici 2020 d’une décharge contrôlée. A noter que les décharges en exploitation ont permis de traiter près de 2 millions de tonnes par an, soit 38% de la production totale des déchets ménagers du pays à fin 2014.

Il n’est pas inutile de rappeler que le PNDM vise l’appui aux communes pour la professionnalisation des services des déchets ménagers. Il a aussi pour objectif d’améliorer l’accès au service de collecte, la mise en place des décharges contrôlées des déchets ménagers et assimilés au profit de tous les centres urbains et le développement de la filière de «tri- recyclage-valorisation».

En plus de la mise en oeuvre du PNA et du PNDM, il est prévu en 2016 la finalisation et l’adoption de la Stratégie nationale de développement durable et la poursuite du projet de gestion intégrée des zones côtières (2012-2017) au niveau de la région de l’Oriental. Rappelons que ce projet mené en collaboration avec la Banque mondiale s’étend, administrativement, sur trois municipalités et 23 communes rurales situées dans les provinces de Berkane, Nador et Driouch.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *