Caravane médicale à Dar Bouazza

Caravane médicale à Dar Bouazza

Vendredi 7 juillet 2006, hôpital Moulay Hassan à Dar Bouazza. Une centaine de personnes, hommes, femmes et enfants, ont pris d’assaut cet établissement sanitaire, où une équipe de médecins prodigue des soins médicaux à titre bénévole. Des médecins généralistes, spécialistes marocains et américains, membres de l’ONG international GAIN (Global Aid Network), étaient au chevet des patients. «Cette opération humanitaire s’inscrit dans le cadre de la 1ère journée socio-culturelle organisée par George Washington Academy en collaboration avec la province de Nouaceur, la Commune de Dar Bouazza et la Délégation du ministère de la Santé. Du 3 au 5 juillet, les consultations se sont déroulées à l’Académie. Ensuite, l’équipe médicale, composée d’une vingtaine de médecins généralistes et spécialistes en pédiatrie, gynécologie, dermatologie et en ophtalmologie, entre autres, est venue jeudi à l’hôpital Moulay Hassan pour prodiguer des soins gratuits aux patients. Elle poursuivra son action humanitaire jusqu’au 8 juillet», indique Ghanimi Assou, médecin délégué du ministère de la Santé dans la province de Nouaceur.
Une grande tente a été installée devant l’hôpital pour accueillir les patients, venus nombreux pour bénéficier des consultations et de médicaments gratuits. «Plus de 1000 personnes ont bénéficié de cette campagne humanitaire. Outre les médicaments, des paires de lunettes sont également distribuées à ceux qui souffrent de déficience visuelle», ajoute M.Ghanimi.
Faisant des va-et-vient dans le couloir de l’hôpital, Zineb, une jeune étudiante, âgée de 16 ans, à George Washington Academy, tient la main d’une vielle femme et l’accompagne à la salle de consultation. Le sourire aux lèvres, elle assiste les médecins. Zineb n’est pas la seule à participer à cette action de solidarité. D’autres jeunes étudiantes bénévoles, animées par un profond sentiment de dévouement et parlant couramment la langue de Shakespeare, sont venues offrir leur aide. Durant six jours, elles étaient au chevet des patients dont la majorité se plaignait de douleurs digestives. «Les maladies les plus fréquentes sont liées à l’appareil digestif. Certaines personnes souffrent également de pathologies chroniques comme le diabète ou la tension. D’autres ont des problèmes visuels», indique l’un des médecins.
Par ailleurs, dans le cadre de cette journée socio-culturelle, un groupe de 32 étudiants du lycée Bnou Tabit bénéficieront de cours d’anglais intensifs. «Nous avons voulu à travers ces actions sociales de proximité de s’ouvrir sur notre environnement et d’aider ceux qui sont dans le besoin. Cette opération ne sera pas la dernière, d’autres actions humanitaires suivront dans l’avenir», tient à souligner Jack Rusenko, directeur de George Washington Academy.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *